L'onction du bon berger

Devotional

Un vase d’honneur 


Au moment de leur confection, les parfums étaient d’abord préparés dans de grandes cuves, à l’abri du soleil. Puis, le parfumeur séparait ses savants mélanges en de plus petites quantités et, une fois prêts, il déversait le fruit de son labeur dans des pichets de tailles différentes. Ces jarres, souvent artistement agrémentées, étaient confectionnées d’un corps arrondi ou en ovale, d’un long cou qui s’élançait en un petit bec verseur comme si leur auteur avait voulu tracer la silhouette d’une colombe.Pour en boucher l’orifice, le maître parfumeur disposait ou attachait près de chaque cou, un bouchon fait de liège ou de bois d’olivier. Ce bouchon arrondi en crâne ou cisaillé en plateau, servait à éviter de renverser un parfum qui était -à l’époque- l’un des produits de luxe des plus onéreux. 


Les mouches mortes


Mais il s’agissait surtout de protéger ce précieux liquide. Car c’est souvent à ce moment-là que mouches ou insectes, attirés par ces exquises odeurs, en profitaient pour venir se poser et butiner sur leurs rebords veloutés. Et l’inévitable s’ensuivait. Comme un irrésistible toboggan qu’on descend joyeusement, ces pauvres mouches se retrouvaient bien vite au fond du trou, incapables de remonter la pente. Si le parfumeur ne s’en rendait pas compte, leur putréfaction allait entraîner l’altération du parfum, le rendant amer, âpre, pestilentiel et sans plus aucune valeur marchande ; donc inutile. Il ne serait plus bon qu’à être jeté ou brûlé. Il y a parfois encore dans nos vies des mouches spirituelles, émotionnelles et charnelles que l’ennemi ou que nos tentations nous envoient tout le jour. Ces virevoltantes mouchardes sont des agents du mal sans cesse attirées par ce que Dieu fait de plus beau et de plus délicat. Elles sont toujours chargées de rapporter -pour mieux le dénoncer- de l’état d’avancement de notre harmonisation spirituelle. Mais elles ne font finalement que déranger, distraire et stresser puis fatalement, lorsqu’on les a laissées entrer, elles ne produisent que la mort et font la décadence de notre innocence et de notre joie. Lorsqu’on n’a pas su les chasser ou s’en départir, ces mouches mortes de nos œuvres mortes infectent et font fermenter l’huile du Parfumeur (7).La pureté est à notre terrestre voyage ce que l’onction est à nos spirituels rouages: essentielle ! 


Prière : 


« Seigneur, brise le vase de mes activités viles et mondaines. Refonde-moi en un vase d’honneur. Décore-moi des plus beaux atours de la piété pour qu’en un coup d’œil, ceux qui me voient puissent savoir qui est l’artiste qui m’a modelé(e). Amen ». 


Références :


1 Exode 25 v.2 Parle aux enfants d'Israël. Qu'ils m'apportent une offrande ; vous la recevrez pour moi de tout homme qui la fera de bon cœur Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous.


2 Exode 25 v.38 Ses mouchettes et ses vases à cendre seront d'or pur.


3 2 Corinthiens 4 v.7 Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette grande puissance soit attribuée à Dieu, et non pas à nous.


4 Exode 30 v.25 Tu feras avec cela une huile pour l'onction sainte, composition de parfums selon l'art du parfumeur ; ce sera l'huile pour l'onction sainte.


5 Hébreux 1 v.9 Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint D'une huile de joie au-dessus de tes égaux.


6 2 Tim 2 v.21 Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre.


7 2 Co 1 v.21 Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c'est Dieu.