Parallel
3
Prière d’Habacuc : l’intervention de Dieu
1 # 3.1 Prière Ps 17.1+. – d’Habacuc : sur le sens incertain de la préposition, voir Ps 3.1n. – complaintes : traduction incertaine, le terme hébreu semble être le pluriel de celui qui apparaît en Ps 7.1n. Prière d’Habacuc, le prophète,
sur le mode des complaintes.
2 # 3.2 j’ai entendu parler de toi : cf. v. 16 ; Nb 14.15 ; Dt 2.25 ; Es 66.19 ; Na 3.19 ; Ps 44.2 ; Jb 42.5. – j’ai craint... : autre lecture possible : et j’ai de la crainte. S eigneur , ton action, réalise-la... ; au lieu de j’ai craint certains mss de LXX ont lu j’ai vu ; cf. Mt 17.6. – ton action Es 5.12 ; Ps 64.10+. – Dans le cours des années : litt. au sein des années ; l’expression signifie probablement maintenant, par opposition soit aux jours de fête religieuse, soit à l’intervention divine envisagée dans un passé ou dans un avenir lointains (cf. Es 51.9ss ; 63.15ss ; Ps 44.2) ; certains y ont vu une référence à une fête du nouvel an (entre les années) ; une version ancienne a lu quand s’approchent les années. – réalise-la... : litt. fais-la vivre ou, d’après des versions anciennes, annonce-la, révèle-la. – fais-la connaître : LXX fais-toi connaître. – dans ta colère : autres traductions dans l’agitation ; dans le bouleversement ; cf. Es 26.20s. – compassion Es 54.8 ; Na 1.7.Seigneur, j’ai entendu parler de toi :
j’ai craint ton action, Seigneur.
Dans le cours des années, réalise-la ;
dans le cours des années, fais-la connaître !
Mais, dans ta colère, souviens-toi de ta compassion !
3 # 3.3 Dieu vient du sud, Dt 33.2 ; Jg 5.4 ; Za 9.14n ; cf. Es 42.13 ; Ps 68.8ss. – Dieu : hébreu ’Eloah ; cf. Jb 3.4n. – Témân, en Edom Gn 36.11+. – Saint 1.12+ ; cf. Es 40.25 ; Os 11.9 ; Jb 6.10. – Parân Gn 21.21n ; Dt 33.2. – Pause v. 9,13 ; Ps 3.3n. – Son éclat... Ps 8.2 ; 57.6. – sa louange : autre traduction sa clarté ; cf. Es 42.8,10 ; 43.21. – remplit la terre 2.14+. Dieu vient de Témân,
le Saint vient du mont Parân. Pause.
Son éclat couvre le ciel,
sa louange remplit la terre.
4 # 3.4 comme la clarté... : cf. Ex 24.10 ; Es 62.1 ; Ez 1.4,13,27s ; Ps 18.13 ; 50.2s ; Ac 9.3. – rayons : le mot correspondant peut être traduit par cornes, voir Ex 34.29nss. – sa force cachée : autres traductions la cachette ; la réserve ; le secret de sa force. C’est comme la clarté de la lumière ;
des rayons partent de sa main ;
la voilà, sa force cachée !
5 # 3.5 peste 2S 24.15 ; Jr 14.12 ; 21.6 ; Ez 5.12 ; 6.12 ; 7.15 ; Am 4.10 ; cf. Os 13.14 ; Ps 91.3,6 ; Lc 21.11 ; Ap 6.8. – fièvre : le mot hébreu correspondant est aussi le nom d’un dieu cananéen destructeur, Résheph ; cf. Dt 32.24n ; Ps 78.48n ; Jb 5.7n. – sort : l’expression a souvent une connotation militaire : se mettre en campagne (cf. v. 13+ ; Dt 20.1 ; 1S 8.20). Devant lui marche la peste,
la fièvre sort sur ses pas.
6 # 3.6 prend la mesure... : cf. Es 40.12 ; autre traduction, appuyée par LXX il fait trembler la terre ; cf. Jr 4.24 ; Mi 1.3s. – fait sursauter : autre traduction déchire . – Les montagnes d’antan : cf. Gn 49.26 ; Dt 33.15 ; voir aussi Ps 90.2 ; Jb 15.7 ; Pr 8.25. – devant lui s’effondrent... : cf. v. 10 ; Jg 5.4s ; Es 42.15 ; Ps 18.8 ; 68.8s ; 114.4 ; voir aussi Ex 19.18. L’expression traduite par devant lui, située à la fin du v. en hébreu, est de sens incertain ; on pourrait aussi comprendre, en séparant le dernier vers : à lui (sont) les sentiers (Ps 68.25n) d’autrefois ; cf. Am 4.13. Il se dresse et prend la mesure de la terre,
il regarde et fait sursauter les nations.
Les montagnes d’antan se disloquent ;
devant lui s’effondrent les collines d’autrefois,
les sentiers d’autrefois.
7 # 3.7 Texte obscur, que certains modifient pour lire Les abris du pays de Madiân tremblent, les tentes de Koushân frémissent . – Koushân : ce nom désignerait, selon certains, une tribu nomade du désert du Sinaï (ce serait peut-être un autre nom de Madiân, associé à la montagne de Dieu Gn 25.2n ; Ex 3.1 ; cf. Ex 2.16ss ; Nb 12.1 ; voir aussi Jg 3.8,10) ; selon d’autres il s’agirait d’un roi d’Edom. – réduites à rien : cf. Am 5.5n. Je vois les tentes de Koushân réduites à rien,
les toiles du pays de Madiân frémissent.
8 # 3.8 Cf. Ps 77.17ss ; 144.5ss. – chevaux / chars : cf. Dt 33.26s ; Es 19.1 ; Ps 18.7ss ; 68.5n,34 ; 104.3. – de victoire : le terme est habituellement traduit par salut (cf. v. 13). Est-ce contre les fleuves que le Seigneur est fâché ?
Ta colère est-elle contre les fleuves,
ta fureur contre la mer,
lorsque tu montes sur tes chevaux,
sur tes chars de victoire ?
9 # 3.9 Ton arc... : autre traduction tu éveilles ton arc ; cf. Gn 9.13 ; Za 9.13 ; Lm 2.4 ; 3.12. – tes serments... : traduction incertaine ; cf. Es 14.24s ; Jr 22.5 ; 44.26s ; 49.13 ; Am 4.2s ; Ps 95.11 ; 106.26 ; en modifiant légèrement le texte hébreu traditionnel on pourrait comprendre par des paroles tu consacres les flèches . – flèches ou bâtons ; javelots ; épieux ; de même au v. 14 ; cf. Dt 32.23 ; Ez 5.16. – des fleuves : cf. v. 8 ; d’autres comprennent des éclairs. Ton arc est mis à nu,
tes serments sont les flèches de ta parole. Pause.
Tu fends la terre par des fleuves.
10 # 3.10 tremblent v. 6+. – averse Ps 77.18. – abîme Gn 1.2 ; 8.2. – il lève ses mains... : on pourrait combiner ce dernier vers avec le v. 11 pour comprendre : le soleil suspend son pouvoir, la lune son autorité (cf. Gn 1.16). Les montagnes te voient et tremblent,
une averse violente passe,
l’abîme fait entendre sa voix,
il lève ses mains en haut.
11 # 3.11 Le soleil – la lune... : voir v. 10n ; d’autres comprennent le soleil et la lune s’arrêtent sur place ; cf. Jos 10.12s. – à la lumière... : autre traduction ils errent à la lumière de tes flèches ; cf. Ps 18.15 ; 144.6. – fulgurante : litt. de l’éclair ; cf. Na 3.3. Le soleil – la lune s’arrête dans sa résidence
à la lumière de tes flèches qui partent,
à la clarté fulgurante de ta lance.
12 # 3.12 tu piétines ou tu foules aux pieds ; tu écrases Es 63.3ss ; Ps 110.6. Tu parcours la terre avec fureur,
tu piétines les nations avec colère.
13 # 3.13 Tu sors : cf. v. 5n ; Es 42.13 ; Za 14.3 ; Ps 68.8. – le salut ou la victoire ; cf. v. 8n. – l’homme qui a reçu ton onction (d’huile sacrée), litt. ton oint, terme qui a donné le mot messie et qui désigne habituellement le roi ou le grand prêtre, plus rarement les autres prêtres ou les prophètes ; cf. Ex 29.7 ; 30.25,30 ; 1S 10.1 ; 16.13 ; 2S 2.4 ; 1R 19.16 ; Za 4.14n ; Ps 2.2n ; 89.39,52 ; il semble s’appliquer ici au peuple dans son ensemble ; cf. Ex 19.6 ; Es 61.6 ; Ps 28.8 ; 105.15. – Tu fracasses le faîte... : texte incertain, litt. tu fracasses la tête de la maison du méchant, tu mets à nu ses fondations (cf. Mi 1.6 ; Ps 137.7) jusqu’au cou ( ?) ; certains, s’appuyant sur LXX, modifient le texte hébreu traditionnel pour lire tu fracasses la tête de la Mort, du méchant... Tu sors pour le salut de ton peuple,
pour le salut de l’homme qui a reçu ton onction.
Tu fracasses le faîte de la maison du méchant,
tu la détruis de fond en comble. Pause.
14 # 3.14 Texte obscur et incertain (nombreuses variantes dans les versions anciennes). – chefs : cf. Jg 5.7n. – me mettre en pièces : litt. me disperser . – comme... : litt. comme pour manger le pauvre dans la cachette ; cf. Ps 9.19 ; 10.2,8ss ; 12.6 ; 14.6 ; 17.12 ; 18.28. Tu transperces de leurs propres flèches la tête de ses chefs
qui se précipitent en tempête pour me mettre en pièces
en poussant des cris de joie,
comme s’ils dévoraient déjà le pauvre dans leur repaire.
15 # 3.15 Cf. Es 43.16s ; 51.10 ; Ps 77.20 ; voir aussi Ex 14–15. – un bouillonnement : autre traduction un amas. Tu as ouvert un chemin à tes chevaux dans la mer,
dans un bouillonnement de grandes eaux.
16 # 3.16 Cf. Es 21.3s ; Jr 4.19 ; 23.9 ; Ps 119.120 ; Dn 8.18,27 ; 10.8. – J’ai entendu v. 2. – mes os... : litt. la pourriture entre dans mes os ; cf. Os 5.12 ; Jb 13.28 ; Pr 12.4 ; 14.30. – je frémis : certains modifient légèrement le texte hébreu traditionnel pour lire je gémis . – attendre : le verbe hébreu correspondant évoque souvent l’idée de repos . – le jour de la détresse : cf. Jl 1.15+ ; So 1.14ss. – où notre assaillant... : sens incertain ; on a aussi compris pour monter contre le peuple qui nous assaille, ou encore : d’attendre qu’un jour de détresse monte à l’assaut du peuple. J’ai entendu,
et mes entrailles ont frémi.
A ce bruit mes lèvres balbutient ;
mes os pourrissent,
et sans bouger je frémis
d’attendre le jour de la détresse
où notre assaillant attaquera le peuple.
17 # 3.17 ne fleurira pas : LXX ne donnera pas de fruits ; cf. Mt 21.19}}. – les champs : traduction incertaine. Sur l’ensemble, cf. Lv 26.20 ; Jr 5.17 ; 8.13 ; Os 9.2n ; Jl 1.17ss. Car le figuier ne fleurira pas ;
pas de vendange dans les vignes ;
la production de l’olivier sera décevante,
les champs ne donneront pas de nourriture,
le petit bétail disparaîtra de l’enclos ;
pas de gros bétail dans les étables.
18 # 3.18 Cf. 1S 2.1 ; Es 61.10 ; Jl 2.23 ; Mi 7.7 ; Ps 5.12 ; 28.7 ; 32.11 ; 33.1 ; 35.9 ; 73.25ss ; Lc 1.47. – Dieu de mon salut (v. 8n,13) Es 17.10 ; Mi 7.7 ; Ps 24.5+. Mais moi, j’exulterai dans le Seigneur,
je trouverai de l’allégresse dans le Dieu de mon salut.
19 # 3.19 D ieu : hébreu YHWH, généralement lu ’Adonaï (= Seigneur) ; mais le mot ’Adonaï est, dans ce texte, celui qui est traduit par le Seigneur. Autre traduction Dieu , mon Seigneur... ma force Ps 28.7s ; 81.2 ; 118.14 ; 140.8 ; cf. 1Co 1.24. – il rend mes pieds... : cf. Ps 18.34. – sur les hauteurs, d’après plusieurs versions anciennes ; texte hébreu traditionnel sur mes hauteurs ; le même terme est aussi traduit par hauts lieux ; cf. Dt 32.13n ; Es 58.14. – Du chef de chœur... : cf. v. 1 ; Ps 4.1n. – des instruments : litt. mes instruments ; cf. Ps 4.1n.Dieu, le Seigneur, est ma force :
il rend mes pieds semblables à ceux des biches
et il me fait marcher sur les hauteurs.
Du chef de chœur. Avec des instruments à cordes.