La course après la carotte

Méditation quotidienne

En quête de confort



Que nous soyons stressés, blessés, fatigués, esseulés ou simplement las, nous nous retrouvons tous à un moment donné en quête de confort. Qui n'a jamais trop dépensé, trop mangé, trop dormi, trop bu et surestimé la capacité des choses à nous offrir un confort durable?



Le mot "confort" a une histoire bien particulière. Il est dérivé de deux mots latins, com-, qui signifie "ensemble, avec", et fortis, qui signifie "fort ou force". Ce n'est que plus tard que le mot latin confortare fait son apparition, signifiant: " rendre plus fort". Un verbe utilisé en vieux français, “conforter” a permis l’ajout de mots tels que “réconfort” et “secours” pour définir le mot “confort”. Au Xive siècle, un autre mot français, conforten, a été défini comme "consoler, réconforter". Au Xviie siècle, la version anglaise du terme a finalement été formulée de manière à lui donner le sens de bien-être physique que nous lui prêtons aujourd'hui.



En quoi tout cela est-il important? Au bout d'un millénaire, le mot “confort” est passé du sens “ce qui rend fort ” à “bouclier contre la douleur”.



Considérez-vous Dieu comme votre force, se tenant avec vous au milieu de la douleur, ou comme votre bouclier contre la douleur?



Le prophète Esaïe a prophétisé un Messie qui viendrait dans notre monde pour être meurtri pour nos péchés et souffrir pour notre guérison. Si la véritable nature de notre foi est de suivre les pas de Jésus, alors attardons-nous sur Sa réponse à la douleur. Dans 1 Pierre 2: 21-25, nous voyons un Sauveur qui a accepté en silence la douleur alors qu'il n'avait rien fait pour la mériter. Jésus n'évite pas la douleur et ne cherche pas un bouc émissaire; Il vient dans notre monde et fait de notre douleur, Sa douleur.



Jésus est "celui qui rend fort". Alors, avant de retourner auprès du Père, il nous promet que le Saint-Esprit - Le "Consolateur" - ne serait pas seulement avec nous, mais en nous! Voici un confort qui vaut la peine d'être poursuivi.



Alors ne courons pas après la conception mondaine du confort: rester scotchés devant sa série Netflix avec nos fidèles amis Ben & Jerry. Au lieu de cela, recherchons le confort du Saint-Esprit, sachant que cela ne signifie pas une vie sans douleur mais un confort au milieu de la douleur.



Priez: Mon Dieu, je n'aime pas l'inconfort, mais je T'aime. Je Te prie de changer ma compréhension de Ton confort et de m'aider à le vivre pleinement. Esprit-Saint, montre-moi comment Ta "force-ensemble" est avec moi et en moi. Jésus, je Te remercie d'avoir porté ma honte sur la croix. Amen.