Abusé.e Par L'église

Méditation quotidienne

Qu’est-ce que l’abus spirituel ?

Beaucoup de chrétiens ne veulent plus mettre les pieds à l’église et tant de non-croyants se disent écœurés par la religion, révoltés contre Dieu !

Si autant de gens se détournent de la foi c’est, entre autre choses, à cause d’affaires qui ont éclaté dans les églises : abus sexuels, pédophilie, scandales financiers, toutes sortes de dérives et d’abus.

Bien sûr, le phénomène de l’abus n’est pas réservé à la spiritualité. On le retrouve dans le couple, la famille, l’entreprise, et à tous les niveaux de la société.

Mais on va s’intéresser ici particulièrement à reconnaitre et comprendre l’abus spirituel perpétré par des responsables dans l’église, puis à savoir comment en sortir et en guérir.

L’abus spirituel peut être psychologique, social et aller jusqu’à l’abus physique ou sexuel… L’abuseur prétend s’appuyer sur la Bible, et mettre en avant des principes de soumission et d’autorité spirituelle, pour mieux manipuler le fidèle. Il s’appuie sur le désir du croyant de bien faire, c’est-à-dire de plaire et d’obéir à Dieu pour mieux le contrôler. 

L’abus spirituel c’est quand un leader met à profit sa position hiérarchique, pour dominer une ou plusieurs personnes, et les rendre dépendantes de lui spirituellement, émotionnellement et psychologiquement. Se met en place une relation d’emprise, qui n’est plus bénéfique mais toxique et abusive.

L’abus spirituel est une séduction voire même un viol, du désir profond de la personne. L’abuseur n’amène pas le fidèle à être mature spirituellement, à être autonome dans sa manière de penser, à connaitre la Parole, mais lui injecte sa propre pensée.

Et celui qui cherche Dieu, se voit empêché de le rencontrer. La relation n’est plus en lien avec Dieu mais avec l’abuseur. 

La souffrance de l’abusé devient immense, à la hauteur de la confiance qu’il avait placée dans l’abuseur. Cela peut amener un grand désarroi, la dépression, une mauvaise image de soi, une mauvaise image de Dieu, la rupture avec Dieu. 

Dieu n’est plus le défenseur mais devient l’accusateur. Il y a confusion entre ce que dit la Bible, et ce que dit l’église, entre ce que dit Dieu, et ce que dit l’abuseur…

Un sentiment de culpabilité envahit l’abusé, qui ne sait plus quelles décisions prendre pour sa vie, et n’arrive plus à avoir le discernement nécessaire pour savoir ce qui est bon pour lui, et non ce qui est bon pour l’abuseur.

 

Solange Raby