1
La vie n’a pas de sens
1 # 1.1 Qohéleth : transcription d’un terme hébreu de forme féminine (pour désigner une fonction ? cf. Esd 2.55n,57 ; le mot en tout cas régit toujours le masculin, sauf en 7.27n) apparenté à qahal, assemblée (v. 2,12 ; 12.8ss) ; le titre traditionnel du livre vient de la version grecque (LXX), qui a traduit Ekklèsiastès, de ekklèsia, mot qui a donné église, ecclésiastique. Le titre hébreu a été diversement interprété : prédicateur, convocateur ou chef de l’assemblée (cf. 1R 8) ; assembleur de maximes (mais la racine hébraïque correspondante évoque toujours un rassemblement de personnes) ; ou encore, par homonymie, contestation ; en tout cas ce mot joue ici le rôle d’un nom propre (cf. la Sagesse dans Pr 8–9). – fils de David, roi à Jérusalem : cf. v. 12 ; 2.9 ; 1R 1–11 ; Pr 1.1. Paroles de Qohéleth, fils de David, roi à Jérusalem.
2 # 1.2 Futilité complète : litt. vanité de vanités, tournure superlative (cf. Ct 1.1n). Le mot traditionnellement rendu par vanité signifie proprement souffle, vapeur, mais il peut avoir ici perdu en partie son sens concret ; il évoque en tout cas ce qui est inconsistant ou passager et, par là même, décevant 2.11,17 ; 11.8 ; 12.8 ; cf. Rm 8.20 ; voir aussi Gn 4.2n ; Ps 62.10n. – tout 9.2n. Futilité complète, dit Qohéleth, futilité complète,
tout n’est que futilité !
3 # 1.3 Quel avantage... : autre traduction que reste-t-il à l’être humain ; le mot hébreu n’apparaît que dans ce livre (10 fois) ; cf. 2.11,13 ; 3.9 ; 5.8,15 ; 7.11s ; 10.10s ; un terme apparenté est traduit par supériorité en 3.19. – le travail qu’il fait ou la peine qu’il se donne : cf. 2.10ss,20,22 ; 3.9 ; 5.14s,17 ; 9.9 ; cf. Gn 3.17-19. – sous le soleil, c.-à-d. ici-bas, v. 14 ; 2.11,17-22 ; 3.16 ; 4.1,3,7,15 ; 5.12,17 ; 6.1,12 ; 8.9,15,17 ; 9.3,6,9,11,13 ; cf. v. 13 ; 7.11 ; 8.14. Quel avantage l’être humain retire-t-il de tout le travail qu’il fait sous le soleil ?
4 # 1.4 Cf. Siracide 14.18 : « Comme le feuillage verdoyant sur un arbre touffu tantôt tombe et tantôt repousse, ainsi les générations de chair et de sang : l’une meurt et une autre apparaît. » Une génération s’en va, une génération vient,
et la terre subsiste toujours.
5 # 1.5 se couche : litt. vient ou rentre. Le soleil se lève, le soleil se couche ;
il aspire au lieu d’où il se lève.
6 # 1.6 le vent : cf. v. 14n. Allant vers le sud, tournant vers le nord,
tournant, tournant, va le vent,
et le vent reprend ses tours.
7 # 1.7 Cf. Siracide 40.11 : « Tout ce qui vient de la terre retourne à la terre et ce qui vient des eaux retourne à la mer. » – les torrents ou les oueds ; cf. Gn 26.17n ; Jb 6.15n. Tous les torrents vont à la mer, et la mer n’est pas remplie ;
vers le lieu où ils coulent, les torrents continuent à couler.
8 # 1.8 Tout est fatigant... : autre traduction tout est en travail, ou encore toutes les paroles sont usées (ou lassantes ), l’homme ne peut rien dire. ne se lasse pas : litt. ne se remplit pas ; cf. v. 7 ; 6.7. Tout est fatigant, plus qu’on ne peut dire ;
l’œil n’est pas rassasié de voir,
l’oreille ne se lasse pas d’entendre.
9 # 1.9 2.12 ; 3.15. – Ce qui a été : autre traduction ce qui est . – ce qui s’est fait... : cf. v. 13s ; 2.17 ; 4.1n ; 8.9,11nss ; 9.3,6. Ce qui a été, c’est ce qui sera ;
ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera :
il n’y a rien de nouveau sous le soleil.
10 # 1.10 bien avant nous : litt. dans les temps (le terme grec correspondant dans LXX a été traditionnellement rendu par âge[s], siècle[s] ou monde[s] ; cf. Ga 1.5n) qu’il y a eu avant nous. Y a-t-il une chose dont on dise : Regarde, c’est nouveau !
– elle était déjà là bien avant nous.
11 # 1.11 Autre traduction on n’a pas souvenir des hommes du passé, et ceux qui viendront dans l’avenir ne laisseront pas non plus de souvenir... ; cf. 2.16+. – qui viendront : litt. qui seront. Il n’y a pas de souvenir du passé,
et ce qui sera dans l’avenir ne laissera pas non plus de souvenir
chez ceux qui viendront par la suite.
L’expérience du sage
12 # 1.12 Cf. v. 1+ ; 1R 1.11-40. Moi, Qohéleth, j’ai été roi sur Israël à Jérusalem. 13#1.13 J’ai décidé de (litt. j’ai donné mon cœur à) rechercher... 7.25 ; 8.16. – explorer 2.3n ; 7.25 ; Nb 10.33n ; 13.2 etc. – sous le ciel v. 3+ ; 2.3 ; 3.1. – occupation 2.23,26 ; 3.10 ; 4.8 ; 5.2,13. – funeste : litt. mauvaise. – impose aux humains : litt. donne aux fils de l’homme (cf. Gn 1.26n) pour les humilier (ou les affliger).J’ai décidé de rechercher et d’explorer par la sagesse tout ce qui se fait sous le ciel ; c’est une occupation funeste que Dieu impose aux humains.
14 # 1.14 futilité v. 2n. – poursuite : mot d’origine araméenne (traduit par volonté en Esd 5.17 ; 7.18), qui rappelle le verbe hébreu habituellement traduit par paître (cf. Os 12.2) ; il fait assonance avec vent (le même terme est aussi traduit par esprit ) en hébreu re‘outh rouah (cf. v. 6) ; voir aussi 2.11,17,26 ; 4.4,6,16 ; 6.9. J’ai vu toutes les œuvres qui se font sous le soleil : tout n’est que futilité et poursuite du vent.
15 # 1.15 Cf. 7.13. Ce qui est courbé ne peut être redressé,
ce qui manque ne peut être compté.
16 # 1.16 Je me suis dit : litt. j’ai dit avec mon cœur. j’ai développé... : autre traduction je suis devenu grand (cf. 2.9) et j’ai amassé... (cf. 12.9 ; 1R 3.12 ; 5.9-14 ; 10.1-13,23s). – qui m’ont précédé... : litt. qui étaient (rois ?) avant moi sur (ou, d’après d’autres mss hébreux et des versions anciennes, à, comme en 2.9) Jérusalem. Je me suis dit : Moi, j’ai développé et amassé plus de sagesse que tous ceux qui m’ont précédé à Jérusalem, et mon cœur a vu beaucoup de sagesse et de connaissance.
17 # 1.17 J’ai décidé... : cf. v. 13n ; 8.16. – la folie : autre traduction la stupidité (cf. Gn 31.28 ; 1S 13.13 ; 26.21 ; 2S 15.31 ; 24.10 ; Es 44.25 ; 1Ch 21.8 ; 2Ch 16.9) ; même terme ou termes apparentés en Ec 2.3,12s,19 ; 7.17,25 ; 10.1,3,6,13s ; une autre famille de mots, très proche par la forme et par le sens, évoque la stupidité en 2.14+. – poursuite... v. 14n ; 2.22n ; 4.16. J’ai décidé de connaître la sagesse et de connaître la démence et la folie ; je sais que cela aussi n’est que poursuite du vent.
18 # 1.18 Cf. Gn 2.16s. – contrariété : même terme, ou verbe apparenté, en 2.23 ; 5.16 ; 7.3,9. Car avec beaucoup de sagesse on a beaucoup de contrariété ;
plus on a de connaissance, plus on a de tourment.
Loading reference in secondary version...