Ésaïe 44
PDV2017
44
1Et maintenant, écoute,
peuple de Jacob, mon serviteur,
Israël, toi que j’ai choisi.
2Moi, le Seigneur, je t’ai fait,
je t’ai formé dès avant ta naissance
et je viens à ton aide.
Voici donc ce que je dis :
N’aie pas peur, peuple de Jacob,
toi, Yechouroun#44.2 Yechouroun : nom donné à Israël en Deutéronome 32.15 ; 33.5,26 et les notes. Ce nom veut peut-être dire : « Celui qui est honnête. » Il s’oppose alors à Jacob, qui veut dire : « Celui qui trompe. »,
mon serviteur que j’ai choisi.
3En effet, je ferai couler de l’eau sur le sol qui a soif,
des rivières sur la terre sèche.
Je répandrai mon esprit sur tes enfants,
et ma bénédiction sur les enfants de tes enfants.
4Ils pousseront et grandiront
comme l’herbe verte dans un champ,
comme des arbres au bord de l’eau.
5L’un dira :
“J’appartiens au Seigneur”,
l’autre dira :
“Je fais partie de la famille de Jacob.”
Un autre encore écrira sur sa main :
“Je suis au Seigneur”,
et il prendra comme nom Israël. »
En dehors du Seigneur, il n’y a pas de Dieu
6Voici ce que dit le Seigneur,
le roi et le libérateur d’Israël,
le Seigneur de l’univers :
« Je suis au commencement
et à la fin de tout.
En dehors de moi, il n’y a pas de Dieu.
7Qui est égal à moi ?
Qu’il le crie, qu’il l’annonce
et me l’explique !
Qu’il dise les choses qui sont arrivées
depuis que j’ai formé le premier peuple,
qu’il annonce ce qui va se passer !
8« Vous, mon peuple, n’ayez pas peur,
ne tremblez pas.
Je vous ai annoncé cela
longtemps à l’avance,
je vous l’ai fait connaître.
Vous êtes mes témoins.
Est-ce qu’il y a un Dieu en dehors de moi ?
Non, je suis votre solide rocher,
je n’en connais pas d’autre. »
Les fabricants de faux dieux ne sont rien
9Ceux qui fabriquent les statues des faux dieux
ne sont rien,
et leurs beaux objets ne servent à rien.
Ces statues sont leurs témoins à eux,
mais des témoins qui ne voient rien,
qui ne savent rien
et qui les couvrent de honte.
10Fabriquer un dieu,
former une statue qui ne sert à rien,
c’est une chose stupide.
11Tous ceux qui s’attachent à une statue
se couvrent de honte.
Les artisans qui la fabriquent
ne sont que des hommes.
Qu’ils se rassemblent,
qu’ils se présentent tous !
Ils auront peur
et seront couverts de honte.
12Le forgeron aiguise un ciseau
sur des charbons brûlants.
Il le travaille à coups de marteau,
avec la force de son bras.
Mais dès qu’il a faim, il n’a plus de force.
S’il ne boit pas d’eau, il est épuisé.
13Le sculpteur mesure son morceau de bois
avec une corde.
Il dessine la statue du faux dieu
avec de la craie.
Il taille le bois avec un ciseau
et il le polit avec une lime.
Le sculpteur prend modèle sur un être humain,
un homme très beau.
Et cette statue sera placée dans un lieu sacré.
14Il a coupé un bel arbre comme le cèdre,
il a choisi un arbre solide comme le chêne,
ou un autre grand arbre.
Il les a laissés grandir dans la forêt.
Ou bien il a planté un grand arbre
comme le pin, et la pluie le fait pousser.
15Le bois servira pour allumer du feu.
Les gens le prennent pour se chauffer
ou pour cuire leur nourriture.
Ou encore ils en font un dieu pour l’adorer.
Ils fabriquent une statue
et s’inclinent devant elle.
16Ils prennent la moitié du bois
pour faire du feu.
Ils font griller la viande,
ils la mangent et n’ont plus faim.
Ou bien ils se chauffent en disant :
« Ce bois chauffe bien,
cette flamme est agréable ! »
17Avec le reste du bois,
ils fabriquent un dieu, une statue.
Ils s’inclinent devant elle,
l’adorent et font cette prière :
« Tu es mon dieu, sauve-moi ! »
18Ces gens ne savent rien,
ils ne comprennent rien.
En effet, leurs yeux et leur esprit sont bouchés,
ils ne peuvent pas voir,
ils ne peuvent pas comprendre.
19Personne ne réfléchit en lui-même,
personne n’a assez de bon sens ou d’intelligence
pour se dire :
« J’ai brûlé la moitié du bois,
j’ai cuit ma nourriture sur les charbons,
et j’ai grillé la viande que je mange.
Est-ce que je vais fabriquer
une statue horrible avec l’autre moitié ?
Est-ce que je vais m’incliner
devant un morceau de bois ? »
20Non, ces gens-là s’attachent
à ce qui est seulement de la cendre.
Leur esprit est dans l’erreur,
et ils raisonnent mal.
Ils ne sauveront pas leur vie.
Aucun d’eux ne dira :
« Ce que j’ai dans la main
est un faux dieu, c’est clair. »
Le Seigneur, créateur et libérateur d’Israël
21« Israël, peuple de Jacob,
souviens-toi de ceci :
Tu es mon serviteur.
Je t’ai formé
pour que tu sois à mon service.
Israël, je ne t’oublie pas.
22J’ai balayé tes fautes comme un nuage,
j’ai chassé tes péchés comme le brouillard du matin.
Reviens vers moi, je suis ton libérateur. »
23Oui, le Seigneur agit.
Alors, toi, le ciel, chante de joie,
toi, profondeur de la terre, donne de la voix,
vous, les montagnes et les arbres des forêts, criez de joie.
En effet, le Seigneur a délivré son peuple,
il a montré sa gloire en Israël !
24Israël, le Seigneur est ton libérateur,
il t’a formé dès avant ta naissance.
Il te dit :
« Je suis le Seigneur.
C’est moi qui ai fait tout ce qui existe.
Moi seul, j’ai déroulé le ciel,
j’ai étendu la terre sans l’aide de personne.
25Maintenant, j’enlève leur pouvoir
aux paroles des devins.
Je fais dire n’importe quoi
à ceux qui annoncent l’avenir.
Je ferme la bouche des sages,
et je prouve que leur science est stupide.
26Mais je réalise les paroles de mes serviteurs,
et je fais réussir ce que mes envoyés ont annoncé.
Je dis de Jérusalem :
“Elle sera de nouveau habitée,
on relèvera ses murs détruits.”
Je dis des villes de Juda :
“On les rebâtira.”
27À la mer profonde, je donne cet ordre :
“Deviens sèche,
je vais empêcher les fleuves de te remplir.”
28Je dis de Cyrus :
“Il est le berger#44.28 Cyrus : voir Ésaïe 41.2 et la note. Berger : dans l’Ancien Testament, les dirigeants d’un peuple étaient souvent appelés des bergers. de mon peuple.
Il fera réussir tout ce que je veux.
Il commandera de rebâtir Jérusalem,
de reconstruire le temple.” »

© 2000 Société biblique française - Bibli'O

En savoir plus sur Parole de Vie 2017