1
Salutation
1De la part de Paul, mis en prison pour avoir servi Jésus-Christ#1.1 Voir les v. 13, 22 et 23., et de la part de notre frère Timothée.
A toi, Philémon, notre cher ami et compagnon de travail, 2et à l’Église qui se réunit dans ta maison, à notre sœur Appia et à Archippe#1.2 Archippe : voir Col 4.17. notre compagnon de combat : 3Que Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ vous accordent la grâce et la paix.
L’amour et la foi de Philémon
4Toutes les fois que je prie, je pense à toi, Philémon, et je remercie mon Dieu ; 5car j’entends parler de ton amour pour tous les croyants et de ta foi au Seigneur Jésus. 6Je demande à Dieu que la foi que tu as en commun avec nous soit efficace en toi pour faire mieux connaître tous les biens que nous avons dans notre vie avec le Christ. 7Ton amour, frère, m’a donné beaucoup de joie et d’encouragement, car tu as réconforté le cœur des croyants.
Paul présente une demande en faveur d’Onésime
8Ainsi, bien que dans la communion avec le Christ j’aie toute liberté de t’ordonner ce que tu dois faire, 9je préfère t’adresser une demande au nom de l’amour. Tel que je suis, moi Paul, un vieillard, et de plus maintenant gardé en prison à cause de Jésus-Christ#1.9 un vieillard… en prison à cause de Jésus-Christ : certains comprennent ambassadeur de Jésus-Christ, et de plus maintenant gardé en prison à cause de lui., 10je te demande une faveur pour Onésime. Il est devenu mon fils en Jésus-Christ ici, en prison#1.10 Onésime : un esclave qui s’est enfui de chez son maître Philémon ; son nom signifie utile et fait jeu de mots au v. 11. Voir aussi Col 4.9.. 11Autrefois, il t’a été inutile, mais maintenant il nous est utile à toi et à moi.
12Je te le renvoie, maintenant, lui qui est comme une partie de moi-même#1.12 lui qui… moi-même : certains manuscrits ont et toi, reçois-le comme s’il était une partie de moi-même.. 13J’aurais bien aimé le garder auprès de moi pendant que je suis en prison pour la Bonne Nouvelle, afin qu’il me rende service à ta place. 14Mais je n’ai rien voulu faire sans ton accord, afin que tu ne fasses pas le bien par obligation, mais de bon cœur.
15Peut-être Onésime a-t-il été séparé de toi pour quelque temps afin que tu le retrouves pour toujours. 16Car maintenant il n’est plus un simple esclave, mais il est beaucoup mieux qu’un esclave : un frère très cher. Il m’est particulièrement cher, mais il doit l’être encore beaucoup plus pour toi, aussi bien dans sa condition humaine que comme frère chrétien.
17Si donc tu me considères comme ton ami, reçois-le comme si c’était moi-même. 18S’il t’a causé du tort, ou s’il te doit quelque chose, mets cela sur mon compte. 19C’est de ma propre main que j’écris ces mots : Moi, Paul, je te le rembourserai. – Je n’ai certes pas à te rappeler que toi tu me dois ta propre vie. – 20Oui, frère, je t’en prie, accorde-moi cette faveur pour l’amour du Seigneur : réconforte mon cœur au nom de notre communion avec le Christ.
21Je suis convaincu, au moment où je t’écris, que tu feras ce que je te demande – je sais même que tu feras plus encore –. 22En même temps, prépare-moi une chambre, car j’espère que, grâce à vos prières, je vous serai rendu.
Salutations finales
23Épaphras#1.23 Épaphras : voir Col 1.7 ; 4.12., qui est en prison avec moi à cause de Jésus-Christ, t’adresse ses salutations, 24ainsi que Marc, Aristarque, Démas et Luc, mes compagnons de travail#1.24 Marc : voir 2 Tim 4.11 et la note. – Aristarque : voir Act 19.29 ; 27.2 ; Col 4.10. – Démas : voir Col 4.14 ; 2 Tim 4.10. – Luc : voir Col 4.14 ; 2 Tim 4.11..
25Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ soit avec vous.
Loading reference in secondary version...