1
LE RITUEL DES SACRIFICES
Le sacrifice complet
1Le Seigneur appela Moïse ; de la tente de la rencontre, il lui ordonna 2de communiquer aux Israélites les prescriptions suivantes :
« Quand l’un de vous veut offrir un animal en sacrifice au Seigneur, il peut le choisir dans un troupeau de gros ou de petit bétail.
3« S’il offre en sacrifice complet une tête de gros bétail, il doit prendre un taureau sans défaut#1.3 sacrifice complet : appelé aussi « holocauste ». – sans défaut : voir 22.18-20. : il le conduit à l’entrée de la tente de la rencontre, afin d’obtenir la faveur du Seigneur ; 4il pose la main sur la tête de l’animal, qui est ainsi accepté comme offrande pour obtenir le pardon ; 5il égorge l’animal devant le sanctuaire. Les prêtres, fils d’Aaron, présentent son sang au Seigneur, puis en aspergent les côtés de l’autel dressé à l’entrée de la tente. 6L’homme ôte la peau du taureau et le découpe en morceaux. 7Les prêtres allument du feu sur l’autel et y disposent des bûches ; 8au-dessus ils placent les morceaux de viande, avec la tête et les parties grasses. 9Les entrailles et les pattes de l’animal sont lavées, puis un des prêtres brûle le tout sur l’autel, en sacrifice entièrement consumé, dont le Seigneur apprécie la fumée odorante.
10« Si quelqu’un offre en sacrifice complet une tête de petit bétail, il doit prendre un bélier ou un bouc sans défaut : 11il l’égorge devant le sanctuaire, au nord de l’autel. Les prêtres, fils d’Aaron, aspergent de son sang les côtés de l’autel. 12L’homme découpe l’animal en morceaux, en détachant la tête et les parties grasses. Un des prêtres place tous ces morceaux sur les bûches enflammées de l’autel. 13Les entrailles et les pattes sont lavées. Le prêtre les présente alors au Seigneur, puis brûle le tout sur l’autel. C’est un sacrifice entièrement consumé, dont le Seigneur apprécie la fumée odorante.
14« Si quelqu’un offre un oiseau en sacrifice complet au Seigneur, il doit prendre une tourterelle ou un pigeon. 15Le prêtre apporte l’oiseau devant l’autel, détache sa tête et la brûle sur l’autel ; ensuite il fait couler son sang le long des côtés de l’autel. 16Il arrache le jabot avec son contenu et le jette à l’est de l’autel, là où sont déposées les cendres grasses. 17Après avoir fendu l’oiseau en deux, entre les ailes, mais sans séparer les deux moitiés, il le brûle sur les bûches enflammées de l’autel. C’est un sacrifice entièrement consumé, dont le Seigneur apprécie la fumée odorante. »
Loading reference in secondary version...