1
Le Seigneur se manifeste à Ézékiel
1Le cinquième jour du quatrième mois de ma trentième année, je me trouvai parmi les déportés sur les rives du Kébar#1.1 de ma trentième année : le texte hébreu a simplement dans la trentième année ; à défaut de toute indication, il semble possible de voir là une référence à l’âge d’Ézékiel. – Le Kébar est probablement un canal relié à l’Euphrate, le grand fleuve qui passe à Babylone. ; je vis le ciel s’ouvrir et Dieu m’envoya des visions. 2C’était la cinquième année depuis que le roi Joakin avait été déporté#1.2 C’est-à-dire en 593-592 avant J.-C., voir 2 Rois 24.8-17 et 2 Chron 36.9-10.. 3C’est ainsi que, dans le pays des Babyloniens, sur les rives du Kébar, le Seigneur m’adressa sa parole, à moi, Ézékiel, fils du prêtre Bouzi ; là, la puissance du Seigneur me saisit.
4Voici ce que je vis : une rafale de vent arrivait du nord, amenant un gros nuage d’où jaillissaient des flammes. Le nuage était entouré de clarté. Son centre embrasé scintillait comme un métal brillant. 5On y distinguait les formes de quatre êtres vivants qui présentaient une apparence humaine. 6Chacun d’eux avait quatre visages et quatre ailes. 7Leurs jambes étaient droites ; leurs pieds ressemblaient aux sabots d’un veau et brillaient comme du bronze poli. 8Sous chacune de leurs quatre ailes, il y avait une main d’homme. Ces mains étaient tournées dans les quatre directions comme leurs visages et leurs ailes. 9Les extrémités de leurs ailes se touchaient l’une l’autre. Ils avançaient droit devant eux sans tourner leur corps. 10Leurs visages étaient comme des faces humaines, et chacun d’eux avait une face de lion à droite, une face de taureau à gauche et une face d’aigle. 11Deux de leurs ailes#1.11 leurs ailes : d’après d’anciennes versions ; hébreu leurs faces, leurs ailes., déployées vers le haut, se rejoignaient entre elles, et deux leur couvraient le corps. 12Ils avançaient chacun droit devant soi. Ils allaient là où ils voulaient#1.12 là où ils voulaient : autre traduction là où l’esprit les poussait. sans avoir à tourner leur corps. 13Entre les êtres vivants#1.13 Entre les êtres vivants : d’après d’anciennes versions ; hébreu Et la forme des êtres vivants (comme des braises). on apercevait comme des braises enflammées, on voyait bouger des sortes de torches. Le feu était éblouissant et des éclairs en jaillissaient. 14Les êtres vivants allaient et venaient à toute allure ; ils semblaient aussi rapides que la foudre.
15En les observant, je vis à côté de chacun d’eux#1.15 à côté de chacun d’eux : d’après d’anciennes versions ; hébreu à côté de chacune de leurs faces. une roue qui touchait terre. 16Les roues offraient l’aspect scintillant d’une pierre précieuse. Elles étaient toutes semblables et paraissaient construites de telle manière qu’elles s’imbriquaient les unes dans les autres. 17Elles pouvaient se déplacer dans les quatre directions sans avoir à pivoter. 18Elles étaient d’une hauteur effrayante et couvertes de reflets brillants sur tout leur pourtour. 19Lorsque les êtres vivants avançaient, les roues avançaient à côté d’eux, et lorsqu’ils s’élevaient de terre, elles s’élevaient également. 20Ils allaient là où ils voulaient et les roues se déplaçaient en même temps qu’eux, car la volonté des êtres vivants animait les roues. 21Ainsi, chaque fois qu’ils avançaient, qu’ils s’arrêtaient ou qu’ils s’élevaient de terre, les roues faisaient le même mouvement en même temps, puisqu’elles étaient animées par la volonté des êtres.
22Une sorte de voûte s’étendait au-dessus des têtes des êtres vivants, aussi resplendissante de clarté que le cristal. 23Sous cette voûte, chacun des êtres avait deux ailes tendues bien droit l’une vers l’autre, tandis que les deux autres lui couvraient le corps. 24J’entendis le bruit que faisaient leurs ailes quand ils se déplaçaient. C’était un bruit pareil au grondement de la mer, au roulement du tonnerre#1.24 au roulement du tonnerre traduit l’expression hébraïque à la voix du Tout-Puissant qui est une manière de désigner le tonnerre. ou au tumulte d’une immense armée. Quand ils s’arrêtaient, ils repliaient leurs ailes. 25Au-dessus de la voûte qui dominait leurs têtes, il y avait aussi du bruit 26et l’on y distinguait comme une pierre de saphir qui avait les contours d’un trône. Sur cette sorte de trône, tout en haut, se tenait une forme qui avait une apparence humaine. 27Je vis que cette forme scintillait comme du métal brillant et qu’elle paraissait entourée de feu. Au-dessus et au-dessous de ce qui semblait être sa taille, je voyais comme du feu l’inondant de clarté. 28La lumière environnante ressemblait à celle de l’arc-en-ciel qui resplendit en un jour de pluie. C’était le reflet de la glorieuse présence du Seigneur. A cette vue, je tombai la face contre terre. Alors j’entendis quelqu’un me parler#1.28 Comparer cette manifestation du Seigneur à Ézékiel (1.1-28) à 10.1-22 et à Apoc 4.1-11..
Loading reference in secondary version...