Versions

Cancel
 
Introduction
Les deux livres des Chroniques sont issus du même milieu en Israël, probablement la classe des prêtres, et constituent un seul ouvrage. C’est comme une fresque monumentale, qui raconte à sa manière l’histoire du peuple de Dieu depuis ses origines jusqu’à l’exil à Babylone.
Cette histoire est racontée, non pas du point de vue d’un historien au sens strict, mais d’un théologien et d’un prédicateur engagé. Il utilise largement les sources qui lui sont antérieures, tout particulièrement les livres de Samuel et des Rois, mais les choix qu’il opère dans ses sources montrent bien quels sont les enseignements qui lui tiennent à cœur : Dieu seul doit gouverner le peuple d’Israël ; les rois ne sont que ses serviteurs, chargés de représenter son autorité dans tous les domaines de la vie. A ce point de vue, David est le roi parfaitement fidèle : c’est lui qui a conquis Jérusalem, devenue plus tard la ville sainte grâce au temple ; c’est lui aussi qui a dirigé la vie politique et organisé la vie religieuse d’Israël. Après la mort de ce roi modèle, l’auteur concentre son attention sur ses descendants, placés à la tête du royaume de Juda.*
Le début de 1 Chroniques rappelle toute l’histoire d’Adam à David de façon très succincte, sous forme de listes généalogiques (chap. 1–9). La seconde partie du livre (chap. 10–29) est consacrée à l’histoire du règne de David, dont l’auteur a laissé de côté plusieurs épisodes : la jeunesse de David, sa vie errante, son conflit avec Saül, sa royauté de sept ans et demi à Hébron, l’épisode de Batchéba, la révolte d’Absalom, etc. Elle développe par contre tout ce qui conduisit David à prévoir et préparer la construction du temple de Jérusalem : le rapatriement du coffre de l’alliance, l’initiative malheureuse d’un recensement du peuple d’Israël et l’édification qui s’ensuivit d’un autel sur l’emplacement du futur sanctuaire, enfin l’organisation des diverses classes de desservants destinés à y officier : prêtres, lévites, chantres, portiers, etc.