1
Festin d'Assuérus, et de la Reine Vasti, répudiée.
1Or il arriva au temps d'Assuérus, qui régnait depuis les Indes jusqu'en Ethiopie, sur cent vingt-sept provinces ; 2Il arriva, dis-je, en ce temps-là, que le Roi Assuérus étant assis sur le trône de son règne à Susan, la ville capitale ; 3La troisième année de son règne, il fit un festin à tous les principaux Seigneurs de ses pays, et à ses serviteurs, de sorte que la puissance de la Perse et de la Médie, savoir les plus grands Seigneurs, et les Gouverneurs des provinces étaient devant lui ; 4Pour montrer les richesses de la gloire de son Royaume, et la splendeur de l'excellence de sa grandeur, durant plusieurs jours ; savoir cent quatre-vingts jours. 5Et au bout de ces jours-là, le Roi fît un festin pendant sept jours, dans le parvis du jardin du palais Royal, à tout le peuple qui se trouva dans Susan, la ville capitale, depuis le plus grand jusqu'au plus petit. 6Les tapisseries de blanc, de vert et de pourpre tenaient avec des cordons de fin lin et d'écarlate à des anneaux d'argent, et à des piliers de marbre ; les lits étaient d'or et d'argent sur un pavé de porphyre, de marbre, d'albâtre, et de marbre tacheté. 7Et on donnait à boire en vaisselle d'or, qui était en diverses façons ; et il y avait du vin Royal en abondance, selon l'opulence du Roi. 8Et la manière de boire fut telle qu'on l'avait ordonné. On ne contraignait personne ; car le Roi avait ainsi expressément commandé à tous ses maîtres d'hôtel, de faire selon la volonté de chacun. 9Et Vasti la Reine fit aussi un festin aux femmes dans la maison Royale, qui était au Roi Assuérus. 10Or au septième jour, comme le Roi avait le coeur gai de vin, il commanda à Méhuman, Bizta, Harbona, Bigtha, Abagtha, Zéthar, et Carcas, les sept Eunuques qui servaient devant le Roi Assuérus, 11Qu'ils amenassent devant lui la Reine Vasti, portant la couronne Royale, afin de faire voir sa beauté aux peuples et aux Seigneurs ; car elle était belle à voir. 12Mais la Reine Vasti refusa de venir au commandement que le Roi lui fit faire par les Eunuques ; et le Roi se mit en fort grande colère, et sa colère s'embrasa au dedans de lui. 13Alors le Roi dit aux Sages qui avaient la connaissance des temps, (car le Roi communiquait ainsi avec tous ceux qui connaissaient les lois et le droit ; 14Et alors Carséna, Séthar, Admatha, Tarsis, Mérès, Marséna, et Mémucan, sept Seigneurs de Perse et de Médie, étaient proches de lui, qui voyaient la face du Roi, et ils avaient les premiers sièges dans le Royaume.) 15Qu'y a-t-il à faire selon les lois à la Reine Vasti, pour n'avoir pas exécuté le commandement que le Roi Assuérus lui a envoyé faire par les Eunuques ? 16Alors Mémucan parla en présence du Roi et des Seigneurs, disant : La Reine Vasti n'a pas seulement mal agi contre le Roi, mais aussi contre tous les Seigneurs, et contre tous les peuples qui sont dans toutes les provinces du Roi Assuérus. 17Car l'action de la Reine viendra à la connaissance de toutes les femmes, pour leur faire mépriser leurs maris, quand on dira : Le Roi Assuérus avait commandé qu'on lui amenât la Reine, et elle n'y est pas venue. 18Et aujourd'hui les Dames de Perse et de Médie qui auront appris la réponse de la Reine, répondront ainsi à tous les Seigneurs des pays du Roi ; et comme ce sera une marque de mépris, ce sera aussi un sujet d'emportement. 19Si le Roi donc le trouve ainsi bon, qu'un Edit Royal soit publié de sa part, et qu'il soit écrit entre les ordonnances de Perse et de la Médie, et qu'il soit irrévocable ; savoir que Vasti ne vienne plus devant le Roi Assuérus ; et que le Roi donne son Royaume à sa compagne, qui sera meilleure qu'elle. 20Et l'Edit, que le Roi aura fait ayant été su par tout son Royaume, quelque grand qu'il soit, toutes les femmes honoreront leurs maris, depuis le plus grand jusqu'au plus petit. 21Et cette parole plut au Roi et aux Seigneurs ; et le Roi fit selon la parole de Mémucan. 22Il envoya des lettres par toutes les provinces du Roi, à chaque province selon sa manière d'écrire, et à chaque peuple selon sa langue, afin que chacun fût maître en sa maison, et parlant selon la langue de son peuple.
Loading reference in secondary version...