2
Vanité des plaisirs mondains.
1J'ai dit en mon cœur : Voyons, que je t'éprouve maintenant par la joie, et prends du bon temps ; et voilà, cela aussi est une vanité. 2J'ai dit touchant le ris : Il est insensé ; et touchant la joie : De quoi sert-elle ? 3J'ai recherché en moi-même le moyen de me traiter délicatement, de faire que mon cœur s'accoutumât cependant à la sagesse, et qu'il comprît ce que c'est que la folie, jusques à ce que je visse ce qu'il serait bon aux hommes de faire sous les cieux, pendant les jours de leur vie. 4Je me suis fait des choses magnifiques ; je me suis bâti des maisons ; je me suis planté des vignes. 5Je me suis fait des jardins et des vergers, et j'y ai planté des arbres fruitiers de toutes sortes. 6Je me suis fait des réservoirs d'eaux, pour en arroser le parc planté d'arbres. 7J'ai acquis des hommes et des femmes esclaves ; et j'ai eu des esclaves nés en ma maison, et j'ai eu plus de gros et de menu bétail que tous ceux qui ont été avant moi dans Jérusalem. 8Je me suis aussi amassé de l'argent et de l'or, et des plus précieux joyaux qui se trouvent chez les Rois et dans les Provinces ; je me suis acquis des chanteurs et des chanteuses, et les délices des hommes, une harmonie d'instruments de musique, même plusieurs harmonies de toutes sortes d'instruments ; 9Je me suis agrandi, et je me suis accru plus que tous ceux qui ont été avant moi dans Jérusalem, et ma sagesse est demeurée avec moi. 10Enfin, je n'ai rien refusé à mes yeux de tout ce qu'ils ont demandé, et je n'ai épargné aucune joie à mon cœur ; car mon cœur s'est réjoui de tout mon travail ; et c'est là tout ce que j'ai eu de tout mon travail. 11Mais ayant considéré toutes mes œuvres que mes mains avaient faites, et tout le travail auquel je m'étais occupé en les faisant, voilà tout était vanité, et rongement d'esprit ; tellement que l'homme n'a aucun avantage de ce qui est sous le soleil. 12Puis je me suis mis à considérer tant la sagesse, que les sottises, et la folie, (or qui est l'homme qui pourrait suivre le Roi en ce qui a été déjà fait ?) 13Et j'ai vu que la sagesse a beaucoup d'avantage sur la folie, comme la lumière a beaucoup d'avantage sur les ténèbres. 14Le sage a ses yeux en sa tête, et le fou marche dans les ténèbres ; mais j'ai aussi connu qu'un même accident leur arrive à tous. 15C'est pourquoi j'ai dit en mon cœur : Il m'arrivera comme au fou ; de quoi donc me servira-t-il alors d'avoir été plus sage ? C'est pourquoi j'ai dit en mon cœur, que cela aussi est une vanité. 16Car on ne se souviendra pas du sage, non plus que du fou ; parce que ce qui est maintenant, va être oublié dans les jours qui suivent ; et comment le sage meurt-il de même que le fou ? 17C'est pourquoi j'ai haï cette vie, à cause que les choses qui se sont faites sous le soleil m'ont déplu ; car tout est vanité, et rongement d'esprit. 18J'ai aussi haï tout mon travail, auquel je me suis occupé sous le soleil, parce que je le laisserai à l'homme qui sera après moi. 19Et qui sait s'il sera sage ou fou ? Cependant il sera maître de tout mon travail, auquel je me suis occupé, et de ce en quoi j'ai été sage sous le soleil ; cela aussi est une vanité. 20C'est pourquoi j'ai fait en sorte que mon cœur perdît toute espérance de tout le travail auquel je m'étais occupé sous le soleil. 21Car il y a tel homme, dont le travail a été avec sagesse, science, et adresse, qui néanmoins le laisse à celui qui n'y a point travaillé comme étant sa part ; cela aussi est une vanité et un grand mal. 22Car qu'est-ce que l'homme a de tout son travail, et du rongement de son cœur, dont il se travaille sous le soleil ? 23Puisque tous ses jours ne sont que douleurs, et son occupation que chagrin ; même la nuit son cœur ne repose point ; cela aussi est une vanité. 24N'est-ce donc pas un bien pour l'homme de manger, et de boire, et de faire que son âme jouisse du bien dans son travail ? J'ai vu aussi que cela vient de la main de Dieu. 25Car qui en mangera, et qui s'en sentira plutôt que moi ? 26Parce que Dieu donne à celui qui lui est agréable, de la sagesse, de la science, et de la joie ; mais il donne au pécheur de l'occupation à recueillir et à assembler, afin que cela soit donné à celui qui est agréable à Dieu ; cela aussi est une vanité, et un rongement d'esprit.
Loading reference in secondary version...