5
Le cantique de Débora
1En ce même jour, Débora chanta ce cantique avec Baraq, fils d’Abinoam :
2Bénissez l’Eternel :
Voici qu’en Israël on a laissé flotter les chevelures#5.2 Geste qui montre la détermination à aller au combat.,
le peuple s’est offert pour le combat.
3Ecoutez-moi, ô rois ! Prêtez l’oreille, ô princes !
Je veux chanter pour l’Eternel,
je veux jouer de la musique en l’honneur du Dieu d’Israël.
4O Eternel, lorsque tu sortis de Séir,
lorsque tu t’avanças depuis les champs d’Edom,
la terre se mit à trembler et le ciel se fondit en eau :
les nuées déversèrent une pluie abondante.
5Devant toi, Eternel, les montagnes ont vacillé#5.5aAutre traduction : se sont affaissées., devant le Dieu du Sinaï,
oui, devant l’Eternel, Dieu d’Israël#5.5b Voir Ps 68.8-9..
6Au temps de Chamgar, fils d’Anath,
et au temps de Yaël, les routes étaient désertes,
les voyageurs suivaient des sentiers détournés.
7Les villes d’Israël étaient abandonnées,
la vie avait cessé.
Alors, moi, Débora, je suis intervenue,
je suis intervenue comme une mère pour Israël.
8Le peuple d’Israël s’est choisi d’autres dieux,
et aussitôt, la guerre venait jusqu’à ses portes.
Ils sont quarante mille soldats en Israël,
mais pas un bouclier, pas une seule lance !
9Mon cœur bat pour les chefs en Israël,
ceux qui se sont offerts au sein du peuple pour le combat.
Bénissez l’Eternel !
10Vous tous qui chevauchez sur des ânesses blanches,
vous qui êtes assis sur des tapis,
et vous qui parcourez les chemins : pensez-y !
11Ecoutez comme ils chantent ceux qui font le partage de l’eau près des fontaines :
ils chantent comment l’Eternel a fait justice,
oui, comment il a fait justice par son gouvernement#5.11 Sens incertain. sur Israël,
son peuple est descendu aux portes de la ville.
12Debout ! Eveille-toi, Débora, interviens !
Debout, éveille-toi, entonne un chant de guerre !
Toi, Baraq, lève-toi, ramène tes captifs, ô fils d’Abinoam !
13Voici qu’un faible reste a triomphé des grands,
oui, le peuple de l’Eternel a maîtrisé pour moi les braves#5.13Autre traduction : est venu auprès de moi parmi les braves. !
14Ceux qui ont vaincu Amalec sont sortis d’Ephraïm.
Benjamin t’a suivi, il est parmi tes troupes.
De Makir sont venus ceux qui ont commandé,
et de Zabulon ceux qui tiennent le bâton de commandement.
15Les princes d’Issacar ont rejoint Débora,
et toute sa tribu sur les pas de Baraq
s’est précipitée dans la plaine.
Dans les rangs de Ruben, on a délibéré
et discuté sans fin.
16Pourquoi es-tu resté au milieu des enclos,
écoutant bêler les troupeaux ?
Dans les rangs de Ruben, on a délibéré
et discuté sans fin !
17Galaad est resté au-delà du Jourdain,
et Dan n’a pas bougé d’auprès de ses vaisseaux#5.17 Le port de Jaffa lui appartenait..
Aser est demeuré près du bord de la mer
et il s’est cantonné auprès des ports paisibles.
18Zabulon est un peuple qui a bravé la mort,
et Nephtali aussi,
sur les hauteurs, dans la campagne.
19Des rois ennemis vinrent et ils nous combattirent ;
oui, ils nous combattirent, les rois de Canaan,
à Taanak, tout près des eaux de Meguiddo ;
mais ils n’ont emporté ni argent ni butin.
20Dans le ciel, même les étoiles ont pris part au combat ;
du haut de leurs orbites, elles combattaient Sisera.
21Le torrent de Qichôn les a tous balayés,
le torrent de Qichôn, celui des temps anciens.
Marchons avec hardiesse !
22Comme ils ont résonné, les sabots des chevaux qui martelaient le sol !
Au galop ! au galop ! Fuyez, puissants coursiers !
23L’ange de l’Eternel dit : Maudissez Méroz#5.23 Une ville de Nephtali qui n’a pas participé au combat ou n’a pas arrêté les vaincus dans leur fuite. ;
maudissez, maudissez ses habitants :
ils ne sont pas venus prêter main forte à l’Eternel,
prêter main forte à l’Eternel au milieu de ses braves.
24Que Yaël soit bénie entre toutes les femmes,
Yaël la femme de Héber le Qénien !
Oui, qu’elle soit bénie entre toutes les femmes qui vivent sous la tente.
25Sisera demanda de l’eau, elle a donné du lait.
Dans la coupe d’honneur#5.25 La coupe est celle dans laquelle on offre le vin d’honneur lors des fêtes., elle a offert la crème.
26Et puis elle a saisi un piquet dans sa main
et a pris de sa droite le marteau d’ouvrier
pour frapper Sisera, pour lui percer la tête.
Elle lui a brisé et transpercé la tempe.
27A ses pieds, il s’affaisse,
il s’écroule, il succombe.
A ses pieds, il s’affaisse, oui, il s’écroule.
Et à l’endroit où il s’est écroulé il gît inanimé !
28Par la fenêtre, sa mère guette au loin ;
à travers le grillage,
elle exhale sa plainte :
pourquoi, pourquoi son char tarde-t-il à paraître ?
Pourquoi n’entend-on pas le fracas de ses chars ?
29Sans cesse, elle répète
ce qu’ont dit les plus sages des dames de sa suite :
30« Sans doute ont-ils trouvé un butin abondant et ils se le partagent :
une fille ou deux filles pour chaque combattant !
Sisera, lui, reçoit des habits de couleur,
des habits de couleur,
deux vêtements brodés d’étoffe de couleur
pour le cou du vainqueur ! »
31O Eternel, que tous tes ennemis périssent de la sorte !
Et que tous ceux qui t’aiment soient comme le soleil
quand, tout éclatant, il se lève !
Après cela, le pays fut en paix pendant quarante ans.
Loading reference in secondary version...

La Bible Du Semeur (The Bible of the Sower)
Copyright © 1992, 1999 by Biblica, Inc.®
Used by permission. All rights reserved worldwide.