Versions

Cancel
 
1
1Proclamation dont l’Eternel a donné la révélation à Habaquq le prophète.
Plaintes et questions
Le prophète discute avec Dieu
2Jusques à quand, ô Eternel,
appellerai-je à l’aide
sans que tu entendes mon cri ?
Jusques à quand devrai-je  | crier vers toi :  | « A la violence ! »
sans que tu nous délivres ?
3Pourquoi me fais-tu voir  | de telles injustices ?
Peux-tu rester indifférent  | à nos tourments ?
Je ne vois devant moi  | que ravage et violence,
il y a des querelles,
et des conflits surgissent.
4A cause de cela,  | on ne respecte plus la loi,
et le droit n’est pas garanti.
Car les méchants| empêchent les justes d’agir#1.4 Autre traduction : l’emportent sur les justes.,
les jugements qui sont rendus  | sont corrompus.
La réponse inattendue de Dieu
5« Regardez, traîtres#1.5 traîtres : d’après un texte hébreu retrouvé à Qumrân etl’ancienne version grecque (voir Ac 13.41). Le texte hébreu traditionnel a : les nations.,  | et observez !
Vous serez stupéfaits,  | vous serez ébahis,
car je vais accomplir  | en votre temps une œuvre :
vous ne le croiriez pas  | si on vous en parlait.
6Je vais faire venir  | les Chaldéens#1.6 nom Chaldéens désigne ici l’empire néo-babylonien qui a reconquis son indépendance de l’Assyrie en 626 av. J.-C. et qui a dominé tout le Moyen-Orient (612 à 539 av. J.-C.), en particulier durant le règne de Nabuchodonosor (605 à 562 av. J.-C.).,
peuple féroce  | et déchaîné,
qui parcourt les étendues de la terre
pour prendre possession  | des demeures d’autrui.
7Il est terrible et redoutable,
il garantit lui-même  | son droit et son pouvoir.
8Ses chevaux sont agiles,  | plus que des léopards,
et ils ont du mordant,  | plus que les loups du soir.
Ses coursiers se déploient,
ils arrivent de loin,
ils volent comme l’aigle
lorsqu’il fond sur sa proie.
9Oui, les voilà qui viennent  | tous adonnés à la violence ;
le visage tendu,  | ils foncent en avant.
Voilà les prisonniers,  | rassemblés, innombrables  | comme les grains de sable.
10Partout, ce peuple traite  | les rois avec mépris,
et il se rit des princes
et de toutes leurs forteresses ;
il élève contre elles  | des terrasses de siège
et s’en empare.
11Puis il change d’avis  | et il passe plus loin#1.11 Verset difficile. Autres traductions : il est passé comme le vent et s’en est allé ou le vent est passé et s’en est allé..
Il se charge de crimes,
lui qui voue sa force à son dieu#1.11 Il se charge de crimes, lui … à son dieu. L’ancienne version grecque a : alors j’exposerai ma remontrance à mon Dieu. La fin du verset a été traduite diversement : lui qui attribue sa force à son Dieu ou lui dont la force est le dieu.. »
Pourquoi, ô Dieu ?
12N’es-tu pas depuis l’origine,  | ô Eternel ?
Tu es mon Dieu, mon Saint,
tu ne meurs pas#1.12 Selon une tradition de copistes juifs. Ce texte, jugé offensant pour Dieu, semble avoir été modifié en : nous ne mourrons pas, que l’on a actuellement dans le texte hébreu traditionnel..
O Eternel,  | toi le rocher,  | c’est pour exécuter  | le jugement  | que tu as suscité ce peuple,
et tu l’as rendu fort#1.12 Autre traduction : formé.| pour qu’il soit l’instrument  | du châtiment.
13Tes yeux sont bien trop purs  | pour accepter de voir le mal,
tu ne peux supporter  | la vue de l’affliction.
Pourquoi supportes-tu  | la vue des traîtres ?
Pourquoi gardes-tu le silence  | quand l’impie engloutit  | un plus juste que lui ?
14Tu traites les humains  | tout comme des poissons
ou comme des bestioles  | qui n’ont ni chef ni maître.
15Car le Chaldéen les prend tous  | à l’hameçon,
il les drague dans son filet
et les entasse dans sa nasse.
C’est pourquoi il se réjouit  | et il exulte.
16Alors il offre  | à son filet des sacrifices#1.16 Le filet symbolise sa puissance sur les peuples comparés à des poissons.,
il brûle de l’encens| en l’honneur de sa nasse,
car il obtient, par eux,  | une pêche abondante,
des repas plantureux.
17Continuera-t-il donc toujours  | à dégainer son glaive#1.17 D’après le commentaire d’Habaquq retrouvé à Qumrân. Le texte hébreu traditionnel a : à vider son filet.
pour égorger d’autres nations  | sans aucune pitié ?