Versions

Cancel
 
INTRODUCTION
Le mot « apocalypse » est un mot grec qui veut dire révélation. Révéler, c’est faire connaître des réalités inconnues ou cachées.
L’auteur du livre de l’Apocalypse écrit sans doute à la fin du premier siècle après J.-C. À cette époque, l’empereur romain veut être adoré comme un dieu. Certains chrétiens souffrent à cause de leur foi, mais d’autres n’ont pas ce courage.
Le livre de l’Apocalypse utilise des comparaisons et des images. La plupart viennent de l’Ancien Testament. Les chiffres et les couleurs veulent dire quelque chose de particulier. Par exemple, le chiffre sept représente ce qui est complet, et le chiffre six ce qui est incomplet. Le blanc représente la victoire, et le rouge la violence. Il y a beaucoup d’autres images. La mer est le lieu où les forces du mal sont réunies. Le dragon représente l’esprit du mal, et les bêtes sont au service du dragon. Babylone représente souvent dans la Bible une ville où le pouvoir est mauvais. Ici, c’est Rome, la capitale de l’empire romain.
La première partie de l’Apocalypse (1.1–3.22) contient sept lettres à sept Églises de la province romaine d’Asie, dans la Turquie actuelle. Le livre tout entier est adressé à ces sept Églises (1.4,11). À travers elles, l’auteur parle à toutes les Églises.
Dans la deuxième partie du livre (4–20) l’auteur est transporté dans le ciel. Il voit des choses étonnantes et il les décrit. Dans les chapitres 4 à 11, il montre d’abord comment Jésus-Christ permet d’ouvrir et de comprendre les livres de l’Ancien Testament. Il montre aussi que la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ concerne tous les peuples. Les chapitres 12 à 20 décrivent ensuite le grand combat contre les forces du mal. Jésus le Vivant est présenté sous les traits d’un agneau. L’Agneau de Dieu, qui a donné sa vie comme un agneau innocent, remporte la victoire.
Les chapitres 21 et 22 annoncent la nouvelle création que Dieu prépare. Dans cette création, il y a une ville, Jérusalem, qui descend du ciel comme un cadeau de Dieu. Ces deux chapitres terminent l’Apocalypse, mais aussi toute la Bible. Ils reprennent certains sujets du début de la Bible. En Genèse 3.24, les chérubins ferment l’entrée du chemin qui conduit à l’arbre de vie. En Apocalypse 22.2, l’arbre qui donne la vie est au milieu de la place de la ville. Ses feuilles servent à guérir tous les êtres humains.
Le livre de l’Apocalypse est écrit pour une époque de crise, où le mal semble être plus fort que tout. Ce livre encourage les croyants à résister à ces forces du mal et à attendre la victoire finale de Dieu.