INTRODUCTION
La lettre de Jacques a la forme d’un discours : c’est un enseignement et un encouragement pour des Églises installées un peu partout dans le monde. Les communautés à qui l’auteur écrit sont sans doute composées de chrétiens d’origine juive. Ceux-ci vivent en contact avec la culture grecque qui domine dans l’empire romain.
La lettre de Jacques propose aux chrétiens une sagesse, c’est-à-dire une manière de conduire leur vie en accord avec leur foi. Les croyants demandent cette sagesse à Dieu, et Dieu la leur donne (1.2-8 ; 3.13-18). Alors ils peuvent résister à tout ce qui détruit l’être humain : les difficultés de la vie (1.2-4), le désir d’être riche (1.9-11 ; 5.1-6), l’envie de faire le mal (1.2-18 ; 4.1-9), l’orgueil (4.13-16). La lettre affirme ceci : croire en Dieu amène à agir. On ne peut pas vivre dans une bonne relation avec Dieu et ne pas le montrer dans ses actes (2.14-26). Agir, c’est être responsable de soi-même en résistant au mal. C’est aussi être responsable des autres : prendre soin de ceux qui sont dans le besoin, ne pas juger les autres ni se placer au-dessus d’eux, contrôler ses paroles (voir 3.1-12). L’auteur écrit à des gens qui sans doute ne sont pas riches (voir 2.6), mais la richesse les attire et ils ont envie de la posséder. La lettre leur demande de ne pas mépriser les pauvres à cause de leur pauvreté (2.1-13). Elle dit : la richesse est mauvaise à cause de l’usage que les riches en font (5.1-6).
S’aider les uns les autres, prier les uns pour les autres, ramener ceux qui se perdent loin de la vérité : voilà ce que la fin de la lettre propose aux chrétiens.
Loading reference in secondary version...