INTRODUCTION
La lettre de Paul aux Galates est adressée à des Églises situées au nord de la Turquie actuelle. Paul a fondé certaines de ces Églises au cours de ses deuxième et troisième voyages missionnaires. Mais après lui, d’autres gens sont venus annoncer un message différent. Comme beaucoup d’autres Églises, les communautés de Galatie sont composées de chrétiens d’origine juive et de chrétiens venant d’autres religions. Les chrétiens d’origine juive obéissent toujours à certaines règles de la loi religieuse juive. Cette loi interdit de manger avec les gens d’autres religions et commande aux hommes de se faire circoncire. Les adversaires de Paul pensent que tous les chrétiens doivent obéir à cette loi. Ensuite seulement, ils peuvent croire en Jésus-Christ. Ce message est contraire à la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Paul écrit aux Galates à ce sujet.
Paul veut persuader les Galates que seule la foi en Jésus-Christ permet d’être dans une relation juste et bonne avec Dieu. Il explique cela en trois étapes.
Aux chapitres 1 et 2, il raconte sa propre histoire. Lui, un Juif, est devenu un envoyé de Jésus-Christ auprès des non-Juifs. Les responsables de l’Église de Jérusalem ont été d’accord avec lui : les chrétiens d’origine non juive ne sont pas obligés d’obéir aux lois religieuses juives. Paul a eu à ce sujet une dispute avec l’apôtre Pierre (2.11-21). Il lui a rappelé ceci : les êtres humains sont accueillis par Dieu parce qu’ils croient à Jésus-Christ, et non parce qu’ils obéissent à des règles religieuses.
Dans les chapitres 3 et 4, Paul s’appuie sur des textes de l’Ancien Testament pour défendre son message. La loi religieuse permet de faire progresser les êtres humains, mais la promesse de Dieu existe avant la loi. Cette promesse est réalisée en Jésus-Christ. Tous les êtres humains ont la même valeur pour Dieu. Ils sont unis à Dieu et unis les uns aux autres par Jésus-Christ (voir 3.28). Cela concerne les personnes de différentes origines religieuses (Juifs et non-Juifs), de différentes conditions sociales (esclaves et personnes libres) et de sexes différents (hommes et femmes).
Aux chapitres 5 et 6, Paul explique comment les chrétiens sont des gens libres. Celui qui croit n’a plus le souci de se rendre juste par lui-même (voir 3.11). Il est libre pour les autres. En effet, la loi du Christ n’est pas composée de règles, mais elle demande de porter les charges les uns des autres (6.2). Être libre, c’est être responsable des autres en se laissant conduire par l’esprit qui vient de Dieu.
Loading reference in secondary version...