1
La famille d’Elimélek émigre en Moab
1 # 1.1 Aux jours (Est 1.1n) où les juges gouvernaient (litt. jugeaient ) : cf. Jg 2.16n ; 17.6+ ; 1S 8.5n ; 1R 3.9 ; 2R 15.5 ; 23.22 ; Ps 9.9 ; Dn 9.12 ; 2Ch 1.10s ; 26.21. – une famine dans le pays (d’Israël) : cf. Gn 12.10 ; 26.1-6 ; 41–50 ; 1R 17.7-9 ; 2R 4.38 ; 8.1 ; voir aussi Dt 11.10-12 ; Jr 21.9. – Beth-Léhem (ou Bethléem, selon la transcription traditionnelle héritée du grec ; le nom signifie maison du pain, cf. v. 6) de Juda, la ville de David (4.22), à une dizaine de kilomètres au sud de Jérusalem ; voir Jg 17.7+. – séjourner en immigré : cf. 2.10n ; voir aussi Ex 12.48n ; Jg 17.7n. – au pays de Moab, région fertile à l’est de la mer Morte ; le terme hébreu ici traduit par pays est aussi rendu, dans d’autres contextes, par champ(s) ou campagne ; Gn 19.36-37n ; Jg 3.13. Aux jours où les juges gouvernaient, il y eut une famine dans le pays. Un homme de Beth-Léhem de Juda partit, avec sa femme et ses deux fils, pour séjourner en immigré au pays de Moab. 2#1.2 Elimélek signifie mon Dieu est roi. – Noémi : Ma Grâce, cf. v. 20n. – Mahlôn : Maladie ( ?). – Kiliôn : Consomption ( ?). – Ephratites : c.-à-d. originaires d’Ephrata, 4.11, ou d’Ephraïm ; cf. Gn 35.16n ; voir aussi Jg 12.5n.Le nom de cet homme était Elimélek, le nom de sa femme Noémi et le nom de ses deux fils Mahlôn et Kiliôn ; ils étaient Ephratites, de Beth-Léhem de Juda. Ils arrivèrent au pays de Moab et ils y vécurent. 3#1.3 elle resta seule : litt. elle resta ; autre traduction elle survécut, de même au v. 5 ; cf. 2.14,18 (autre verbe) ; voir aussi Es 1.9+.Puis Elimélek, le mari de Noémi, mourut, et elle resta seule avec ses deux fils. 4#1.4 des Moabites : cf. Ex 34.16 ; Dt 7.3s ; 23.4 ; Ml 2.11 ; Esd 9.1s ; Né 13.1,23-27. – Orpa : Nuque ( ?). – Ruth : Amitié ou Réconfort ( ?).Ceux-ci épousèrent des Moabites. Le nom de la première était Orpa et le nom de la seconde Ruth. Ils habitèrent là environ dix ans. 5#1.5 Mahlôn / Kiliôn v. 2. – resta seule v. 3n. – privée... : cf. Gn 27.45 ; Dt 27.19 ; Es 47.8s ; 54.4s.Mahlôn et Kiliôn moururent aussi tous les deux, et la femme resta seule, privée de ses deux enfants et de son mari.
Ruth décide de rester avec Noémi
6 # 1.6 elle revint... : litt. elle se leva, elle et ses belles-filles, et revint... : le verbe correspondant à revenir est aussi traduit par retourner dans la suite. – était intervenu en faveur de : autre traduction avait visité, cf. Ex 3.16n ; Jr 6.6,15n ; Lc 1.68. – du pain : cf. 1.1n ; voir aussi Ps 132.15 ; Lc 1.53. Alors elle revint du pays de Moab, avec ses belles-filles. En effet, elle avait appris, au pays de Moab, que le Seigneur était intervenu en faveur de son peuple en lui donnant du pain. 7#1.7 retourner ou revenir : cf. v. 6n,8,10nss,22 ; 2.6 ; 4.3 ; voir aussi Es 1.27n.Elle quitta le lieu où elle vivait, ses deux belles-filles avec elle ; elles se mirent en route pour retourner en Juda.
8 # 1.8 agisse avec fidélité 2.20 ; 3.10 ; cf. Gn 24.27 ; Ps 25.10 ; 100.5 ; Mt 23.23. Noémi dit alors à ses deux belles-filles : Allez, que chacune de vous retourne chez sa mère ! Que le Seigneur agisse avec fidélité envers vous, comme vous avez agi envers ceux qui sont morts et envers moi ! 9#1.9 un lieu de repos : autres traductions du bonheur ; une situation stable. – chez un mari : c.-à-d. en vous remariant, cf. 3.1. – sangloter : cf. Gn 29.11.Que le Seigneur vous donne à chacune de trouver un lieu de repos chez un mari ! Puis elle les embrassa. Elles se mirent alors à sangloter, 10#1.10 nous retournerons ou nous reviendrons, cf. v. 6ns.elles lui dirent : Non, nous retournerons avec toi vers ton peuple ! 11#1.11 devenir vos maris : selon la coutume du « lévirat », cette responsabilité incombait aux frères du défunt avant tout autre parent ; cf. 2.20n ; 4.5 ; Gn 38.8-11 ; Dt 25.5-10 ; Mt 22.23-28}}.Noémi dit : Retournez, mes filles ! Pourquoi viendriez-vous avec moi ? Ai-je encore dans mon ventre des fils qui puissent devenir vos maris ? 12#1.12 me remarier : litt. être à un homme, de même dans la suite.Retournez, mes filles, allez ! Car je suis trop vieille pour me remarier ; et même si je disais : « Il y a de l’espoir pour moi », si ce soir même j’étais remariée et que je mette des fils au monde, 13#1.13 attendriez-vous : cf. Gn 38.11,14. – amer : hébreu mar, v. 20n ; sur ce terme voir aussi 1S 15.32 ; Jb 3.20 ; 7.11 ; 9.18 ; 10.1 ; 21.25 ; 27.2 ; Ec 7.26 ; on a aussi compris mon sort m’est amer à cause de vous ou mon sort est trop amer pour que vous vous l’imposiez. – s’est abattue (litt. est sortie) sur moi ou contre moi ; cf. Ex 9.3 ; Dt 2.15 ; Jg 2.15 ; 1S 12.15 ; 2S 24.17 ; Ez 13.9 ; Jb 13.21 ; 19.21 ; 30.21.attendriez-vous pour cela qu’ils grandissent ? Refuseriez-vous pour cela de vous remarier ? Non, mes filles ! Mon sort est plus amer que le vôtre : la main du Seigneur s’est abattue sur moi. 14#1.14 embrassa sa belle-mère : LXX ajoute et retourna vers son peuple. – s’attacha : même verbe en 2.8,21 ; Gn 2.24.Elles sanglotèrent encore. Puis Orpa embrassa sa belle-mère, mais Ruth s’attacha à elle.
15 # 1.15 Noémi dit : litt. elle dit . – à ses dieux ou à son dieu ; les divinités étaient habituellement considérées comme liées à leur territoire ; cf. Jos 24.15 ; 1S 26.19 ; 2R 5.17 (sur le dieu principal de Moab, Kemosh, cf. Nb 21.29 ; Jg 11.24 ; 1R 11.7,33 ; 2R 23.13 ; Jr 48.7,46). – retourne... : litt. retourne derrière ta belle-sœur. Noémi dit alors : Ta belle-sœur est retournée à son peuple et à ses dieux ; retourne, toi aussi, comme ta belle-sœur. 16#1.16 Ne me pousse pas : litt. ne me malmène pas, cf. 2.22n. – me détourner de toi : litt. me détourner (ou revenir) de derrière toi ; autre traduction cesser de te suivre ; cf. v. 7 ; Nb 14.43n. – Où tu iras, j’irai... : cf. 2S 15.21 ; 2R 2.2-4 ; 3.7. – ton peuple sera (ou est, le verbe étant sous-entendu en hébreu) mon peuple : cf. 2.11s ; Es 14.1 ; Za 8.23 ; Ps 33.12 ; 45.11. – ton dieu (ou Dieu, cf. Gn 1.1n) sera (ou est) mon dieu : cf. v. 15+ ; 1Th 1.9.Ruth dit : Ne me pousse pas à t’abandonner, à me détourner de toi ! Où tu iras, j’irai ; là où tu passeras la nuit, je passerai la nuit ; ton peuple sera mon peuple, et ton dieu sera mon dieu ; 17#1.17 Que le Seigneur me fasse... : formule de serment, appelant sur celui qui prête serment une malédiction conditionnelle en cas de parjure ou de trahison ; cette malédiction était peut-être à l’origine validée et illustrée par un sacrifice sanglant ; cf. 1S 3.17 ; 14.44 ; 20.13 ; 25.22 ; 2S 3.9,35 ; 1R 2.23 ; 19.2 ; 20.10 ; 2R 6.31.là où tu mourras, je mourrai, et c’est là que je serai ensevelie. Que le Seigneur me fasse ceci et qu’il y ajoute cela, si ce n’est pas la mort qui me sépare de toi ! 18#1.18 Noémi... n’insista plus : litt. elle... cessa de lui parler.Noémi, la voyant résolue à aller avec elle, n’insista plus. 19#1.19 l’émotion gagna... : cf. 1R 1.45 ; voir aussi 1S 4.5n ; Mt 2.3 ; 21.10. – Les femmes disaient : litt. elles disaient.Elles marchèrent toutes les deux jusqu’à leur arrivée à Beth-Léhem. Lorsqu’elles arrivèrent à Beth-Léhem, l’émotion gagna toute la ville. Les femmes disaient : Est-ce là Noémi ? 20#1.20 Noémi v. 2n. – Mara signifie amère, cf. v. 13n ; Ex 15.23 ; Lm 1.4. – le Puissant Gn 17.1n ; Jb 5.17n.Elle leur dit : Ne m’appelez pas Noémi ; appelez-moi Mara (« Amère »), car le Puissant m’a rendu la vie bien amère ! 21#1.21 comblée v. 1. – les mains vides : litt. vide 3.17 ; cf. Jb 1.21. – témoigné : cf. 4.7,9,11 ; Nb 35.30. – m’a fait du mal : cf. Ex 5.22 ; Nb 11.11 ; Jos 24.20 ; Es 45.7 ; Za 8.14 ; Jb 2.10.J’étais partie comblée, le Seigneur me ramène les mains vides. Pourquoi m’appelez-vous Noémi ? Le Seigneur a témoigné contre moi, le Puissant m’a fait du mal !
22 # 1.22 la Moabite 2.6,21. – qui venait : litt. qui revenait (cf. v. 6n). – au début de la moisson des orges : avril-mai, cf. 2.23n ; 2S 21.9. Ainsi Noémi revint, et avec elle sa belle-fille, Ruth la Moabite, qui venait du pays de Moab. Elles arrivèrent à Beth-Léhem au début de la moisson des orges.
Loading reference in secondary version...