1
Jonas essaie de s’enfuir pour échapper au Seigneur
1 # 1.1 Jonas 2R 14.25 ; Mt 12.39}} ; 16.4 ; ce nom signifie colombe (comme dans Gn 8.8-12). La parole du Seigneur parvint à Jonas, fils d’Amittaï : 2#1.2 Lève-toi : même verbe v. 6 ; 3.2s,6. – Ninive : capitale de l’empire assyrien, au nord-est du pays d’Israël ; elle a été détruite en 612 av. J.-C. (cf. Na 1.1ss ; 3.1). – fais une proclamation : autre traduction crie (même verbe 3.8, autre verbe 1.5 ; 3.7) ; cf. 3.4ss. – le mal qu’elle a fait : litt. son mal ou, peut-être, son malheur. – jusqu’à moi : cf. Gn 18.21.Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et fais une proclamation contre elle, car le mal qu’elle a fait est monté jusqu’à moi. 3#1.3 Tarsis ou Tartessos, très probablement en Espagne, sur le Guadalquivir, au-delà des colonnes d’Hercule (l’actuel détroit de Gibraltar), aux confins occidentaux du monde connu des Hébreux (cf. Gn 10.4n) ; les bateaux de Tarsis ne sont pas toujours des bateaux à destination de Tartessos ; l’expression signifie souvent, de façon plus générale, vaisseaux au long cours ou de haute mer ; cf. 1R 10.22 ; 22.49 ; Es 2.16+ ; 23.1,14 ; 60.9 ; Ez 27.25 ; Ps 48.8 ; 72.10 ; 2Ch 9.21 ; 20.36. – pour échapper au Seigneur ou loin du Seigneur : expression hébraïque analogue en Gn 4.16n (de devant le Seigneur). – Jaffa (hébreu Yapho) : port méditerranéen du pays d’Israël (Ac 9.36). – il paya le prix du transport : litt. il donna son prix (celui du bateau) ; certains comprennent il l’affréta. – embarqua : litt. y descendit, comme au début du v. (même verbe v. 5 ; 2.7) ; en hébreu on descend à bord d’un bateau. – avec l’équipage : litt. avec eux.Alors Jonas voulut s’enfuir à Tarsis pour échapper au Seigneur. Il descendit à Jaffa et trouva un bateau qui allait à Tarsis ; il paya le prix du transport et embarqua avec l’équipage pour aller à Tarsis et échapper ainsi au Seigneur.
4 # 1.4 lança : de même aux v. 5,12,15 ; cf. Ps 107.23-30. Mais le Seigneur lança un grand vent sur la mer, et il s’éleva sur la mer une grande tempête. Le bateau menaçait de se briser. 5#1.5 eurent peur v. 10n. – son dieu : autre traduction ses dieux ; même possibilité dans la suite (cf. Gn 1.1n). – lancèrent à la mer v. 12,15 ; Ac 27.18s. – se coucha... : cf. 1R 19.5 ; Mt 8.24s. Le verbe hébreu traduit par s’endormit profondément (cf. Jg 4.21) est aussi traduit par être frappé de torpeur, tomber en torpeur ; terme apparenté en Gn 2.21n.Les marins eurent peur ; chacun d’eux cria vers son dieu, et ils lancèrent à la mer le chargement du bateau, pour l’alléger. Jonas descendit au fond du navire, se coucha et s’endormit profondément. 6#1.6 ce dieu : autre traduction Dieu (cf. v. 5n). – pensera-t-il à nous : traduction incertaine ; on a aussi compris intercédera-t-il pour nous ; s’apaisera-t-il envers nous.Le chef d’équipage s’approcha de lui et lui dit : Qu’as-tu donc à dormir ? Lève-toi, invoque ton dieu ! Peut-être ce dieu pensera-t-il à nous, pour que nous ne disparaissions pas.
7 # 1.7 tirons au sort : litt. faisons tomber les sorts, de même dans la suite ; cf. Lv 16.8n ; Jos 7.14 ; 1S 14.41s. Ils se dirent l’un à l’autre : Venez, tirons au sort, pour savoir qui nous attire ce malheur. Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Jonas. 8#1.8 qui nous attire ce malheur : cette proposition est absente de certains mss grecs ; on pourrait aussi comprendre explique-nous, puisque c’est toi qui nous attires ce malheur : quelle est ton activité... ?Alors ils lui dirent : Explique-nous, s’il te plaît, qui nous attire ce malheur. Quelle est ton activité, et d’où viens-tu ? Quel est ton pays, et de quel peuple es-tu ? 9#1.9 hébreu Gn 10.21n ; cf. 2Co 11.22 ; Ph 3.5. – qui a fait la mer et la terre ferme (litt. sèche, de même au v. 13 ; 2.11) ; cf. Gn 1.9ns.Il leur répondit : Je suis hébreu et je crains le Seigneur, le Dieu du ciel, qui a fait la mer et la terre ferme. 10#1.10 V. 3. – eurent très peur ou furent saisis d’une grande crainte : cf. v. 5,9,16.Les hommes eurent très peur ; ils lui dirent : Qu’as-tu fait là ! Ils savaient, en effet, qu’il fuyait pour échapper au Seigneur, parce qu’il le leur avait expliqué. 11#1.11 se déchaînait : verbe hébreu apparenté au terme traduit par tempête (v. 4), de même au v. 13 ; cf. Lc 21.25.Ils lui dirent : Que devons-nous faire de toi, pour que la mer se calme envers nous ? – Car la mer se déchaînait de plus en plus. 12#1.12 Cf. Jn 11.50.Il leur répondit : Prenez-moi, lancez-moi à la mer et la mer se calmera envers vous : je sais que c’est moi qui attire sur vous cette grande tempête. 13Les hommes ramaient pour gagner la terre ferme, mais ils n’y parvenaient pas, parce que la mer se déchaînait toujours plus contre eux. 14#1.14 ils invoquèrent le Seigneur 2.3+. – à cause de la vie... : autres traductions possibles : à cause de cet homme ; avec cet homme. – ne nous charge pas... : c.-à-d. ne nous tiens pas pour responsables de sa mort ; cf. Dt 21.8 ; Jr 26.15. – sang innocent Jr 7.6+. – Car c’est toi... ou car toi, Seigneur , tu fais tout ce que tu veux ; cf. Ps 115.3 ; 135.6.Alors ils invoquèrent le Seigneur ; ils dirent : Seigneur, s’il te plaît, fais en sorte que nous ne disparaissions pas à cause de la vie de cet homme, et ne nous charge pas d’un sang innocent ! Car c’est toi, Seigneur, qui as agi comme tu l’as voulu. 15#1.15 Cf. Mc 4.39ss. – la fureur ou la rage, cf. Pr 19.3n ; 2Ch 16.10n.Puis ils prirent Jonas et le lancèrent à la mer, et la fureur de la mer s’arrêta. 16#1.16 eurent peur... : autre traduction craignirent le Seigneur d’une grande crainte.Les hommes eurent peur, ils furent saisis d’une grande crainte du Seigneur. Ils offrirent un sacrifice au Seigneur et firent des vœux.
Loading reference in secondary version...