38
INTERVENTION DU SEIGNEUR
1 # 38.1 40.6. – Le S eigneur répondit 11.5. – tempête 9.17+ ; même terme hébreu en 2R 2.1.Le Seigneur répondit à Job du milieu de la tempête :
2 # 38.2 42.3. – sans connaissance 34.35 ; 35.16. Qui est celui qui obscurcit mes projets
par des propos sans connaissance ?
3 # 38.3 40.7 ; cf. 36.23+. – Tiens-toi prêt : litt. ceins tes reins, geste de celui qui se prépare à l’action, en particulier à un combat. – tu m’instruiras : litt. tu me feras connaître. Tiens-toi prêt, je te prie, comme un vaillant homme ;
je t’interrogerai, et tu m’instruiras.
Le Seigneur, maître du monde inanimé
4 # 38.4 V. 21 ; 15.7+. – si tu es intelligent : litt. si tu connais l’intelligence ; cf. Es 29.24 ; Pr 1.2 ; 4.1 ; 17.27 ; 2Ch 2.11n. Où étais-tu quand je fondais la terre ?
Dis-le, si tu es intelligent.
5 # 38.5 Cf. Jr 31.38s ; Za 1.16 ; 2.5 ; Ap 11.1s. Qui en a fixé les mesures, le sais-tu ?
Ou qui a tendu sur elle le cordeau ?
6 # 38.6 bases 9.6+ ; cf. 26.7. – pierre angulaire Ps 118.22 ; Mt 21.42}}. Dans quoi ses bases sont-elles enfoncées ?
Qui en a posé la pierre angulaire,
7 # 38.7 étoiles : cf. Baruch 3.34s : « Les étoiles ont brillé en leurs veilles et se sont réjouies ; il (Dieu) les a appelées, et elles ont répondu : “Nous voici !” Elles ont brillé avec allégresse pour leur Créateur. » – fils de Dieu 1.6n. – lançaient des acclamations : cf. Za 4.7 ; Ps 27.6+ ; Esd 3.10 ; Lc 19.40. alors qu’ensemble les étoiles du matin criaient de joie
et que tous les fils de Dieu lançaient des acclamations ?
8 # 38.8 7.12+. Qui a enfermé la mer avec des portes,
quand elle s’élança pour sortir du sein maternel,
9quand je fis de la nuée son vêtement
et de l’obscurité épaisse ses langes,
10quand je lui fixai mes prescriptions
et que je lui mis des verrous et des portes ;
11 # 38.11 Jr 5.22 ; Ps 104.9 ; Pr 8.29. – l’orgueil de tes flots : cf. Ps 46.4n. quand je dis : « Tu viendras jusqu’ici, tu n’iras pas au-delà ;
ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ! »
12 # 38.12 Cf. Ps 74.16. As-tu, un seul de tes jours, commandé au matin ?
As-tu fait connaître à l’aurore son lieu,
13 # 38.13 V. 15+. pour qu’elle saisisse les bords de la terre
et que les méchants en soient secoués ?
14 # 38.14 comme l’argile... : litt. comme argile de sceau : les comparaisons suggèrent l’apparition des formes, puis l’apparition des couleurs ( vêtement ). Tout se transforme alors comme l’argile sous le sceau
et se présente comme paré d’un vêtement.
15 # 38.15 24.13-17. Mais les méchants sont privés de leur lumière,
et le bras qui se lève est brisé.
16 # 38.16 Jon 2.7. – profondeurs 11.7+. – abîme Gn 1.2n. Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer ?
T’es-tu promené dans les profondeurs de l’abîme ?
17 # 38.17 Les portes Es 38.10 ; Ps 9.14 ; 107.18 ; la deuxième fois LXX a lu les portiers . – mises à découvert : cf. 12.22 ; 20.27 ; autres traductions dévoilées ; révélées ; cf. 12.22 ; 20.27. – l’ombre de mort 3.5n ; cf. 10.21-22n. Les portes de la mort ont-elles été mises à découvert pour toi ?
As-tu vu les portes de l’ombre de mort ?
18 # 38.18 l’étendue : litt. les largeurs . – si tu sais tout cela : autre traduction si tu la connais toute (la terre). As-tu appréhendé l’étendue de la terre ?
Dis-le, si tu sais tout cela.
19 # 38.19 où donc résident-elles : litt. quel (est) leur lieu. Où est donc le chemin où demeure la lumière ?
Et les ténèbres, où donc résident-elles,
20 # 38.20 leur limite ou leur frontière . – habitation : litt. maison. pour que tu puisses les saisir à leur limite
et comprendre les sentiers de leur habitation ?
21 # 38.21 V. 4 ; 14.1. Tu le sais, n’est-ce pas, car alors tu étais né,
et le nombre de tes jours est grand !
22 # 38.22 réserves : le mot signifie aussi trésors ; cf. 26.8+ ; Jr 10.13n. – neige 37.6. – grêle Ex 9.18-26 ; Jos 10.11 ; Es 28.17 ; 30.30 ; Ez 38.22 ; Ps 78.47 ; Ap 16.21. Es-tu parvenu jusqu’aux réserves de neige ?
As-tu vu les réserves de grêle,
23que j’ai mises de côté pour un temps de détresse,
pour un jour de combat et de guerre ?
24 # 38.24 vent d’est 27.21 ; Ex 14.21 ; Ps 48.8 ; Ac 27.20. Où est le chemin par lequel la lumière se divise,
celui par lequel le vent d’est se répand sur la terre ?
25 # 38.25 un passage ou un aqueduc, même terme en 2R 18.17+ ; cf. Ez 31.4n. – aux flots de l’averse : ou bien la pluie elle-même, ou plutôt les torrents qui se forment très rapidement sous l’orage dans les gorges du désert. Qui a ouvert un passage aux flots de l’averse,
tracé le chemin de l’éclair et des coups de tonnerre,
26pour faire pleuvoir sur une terre sans hommes,
sur un désert où il n’y a pas d’êtres humains,
27 # 38.27 tourmente / ravage : cf. 30.3n. pour rassasier les lieux de la tourmente et du ravage,
pour y faire germer et sortir de l’herbe ?
28 # 38.28 28.25+. La pluie a-t-elle un père ?
Qui donc fait naître les gouttes de rosée ?
29 # 38.29 glace 37.10. De quel sein maternel est sortie la glace ?
Qui a mis au monde le givre du ciel ?
30 # 38.30 s’immobilisent : litt. se cachent, ce qui peut signifier disparaissent (sous la pierre de la glace) ou se déguisent (en pierre). Les eaux s’immobilisent comme une pierre,
la surface de l’abîme se prend.
31 # 38.31 9.9+. – qui desserres : cf. 39.5. Est-ce toi qui noues les liens des Pléiades
ou qui desserres les cordages d’Orion ?
32 # 38.32 constellations : le mot hébreu, qui n’apparaît nulle part ailleurs, a été diversement traduit (signes du zodiaque, planètes, couronne boréale etc.) ; il est très proche de celui qui a été rendu par constellations du zodiaque en 2R 23.5. Est-ce toi qui fais paraître en leur temps les constellations,
et qui conduis la Grande Ourse avec ses petits ?
33 # 38.33 son pouvoir : le terme original comporte l’idée d’un ordre écrit. Cf. Mt 6.10. Connais-tu les lois du ciel ?
Est-ce toi qui règles son pouvoir sur la terre ?
34 # 38.34 1R 17.1 ; 18.41-45. Peux-tu élever la voix jusqu’aux nuages,
pour que des torrents d’eaux te recouvrent ?
35 # 38.35 vers leur destination : litt. et ils partent . – Nous sommes là : litt. nous voici ; cf. v. 7n. Est-ce toi qui envoies les éclairs vers leur destination ?
Est-ce à toi qu’ils diront : « Nous sommes là ! »
36 # 38.36 La traduction des mots hébreux pour ibis et coq est incertaine. L’ibis et le coq étaient réputés pour leur sagesse : le premier, associé à Thot (nom assez proche du terme hébreu qui apparaît ici), divinité de la sagesse, était censé annoncer la crue du Nil en Egypte et l’autre, le lever du soleil et les pluies d’automne. Qui a mis la sagesse en l’ibis,
qui a donné l’intelligence au coq ?
37 # 38.37 incliner : litt. faire coucher. Qui peut avec sagesse compter les nuages
et incliner les outres du ciel,
38 # 38.38 se fige ou se fonde : cf. 36.16n ; 37.10n. pour que la poussière se fige
et que les mottes de terre se collent ?
Dieu, maître du monde animal
39 # 38.39 Cf. 4.10s ; Ps 104.21 ; 145.15. – Plusieurs éditions commencent ici le chapitre 39, ce qui provoque dans la suite un décalage de trois versets. – apaises la faim : litt. remplis la vie (le même mot hébreu est habituellement traduit par être vivant ) des jeunes lions. Est-ce toi qui chasses une proie pour la lionne
et qui apaises la faim des jeunes lions,
40 # 38.40 Cf. 37.8n. quand ils sont tapis dans leurs tanières,
quand ils habitent dans le taillis comme dans un repaire ?
41 # 38.41 Cf. Ps 147.9. – pâture : le mot peut désigner la chasse ou le gibier. Qui prépare au corbeau sa pâture,
quand ses petits appellent Dieu au secours,
errants, sans rien à manger ?
Loading reference in secondary version...