1
PROLOGUE
1 # 1.1 Le pays d’ Outs est habituellement à situer au sud-est du pays d’Israël, dans le territoire d’Edom, en Arabie (cf. Gn 36.28 ; Jr 25.20 ; Lm 4.21), ou au nord-est, chez les Araméens (cf. Gn 10.23 ; 22.21). En tout cas Job n’est pas présenté comme un Israélite. Sur Job, voir Ez 14.14-20 ; Jc 5.11 (cf. le Yobab de Gn 36.33, identifié à Job par un Tg ; Jb 42.17n). Ce nom est peut-être à rapprocher de la racine hébraïque évoquant l’hostilité ou l’adversité ; en modifiant la vocalisation on l’a aussi interprété comme une question : où est (mon) père ? intègre (cf. 31.40n) et droit v. 8 ; 2.3,9 ; 12.4 ; Gn 6.9+ ; cf. Lv 1.3n ; Ps 26.1. – craignait Dieu / s’écartait du mal v. 8 ; 2.3 ; 28.28 ; Pr 14.16. Il y avait au pays d’Outs un homme nommé Job. Cet homme était intègre et droit ; il craignait Dieu et s’écartait du mal. 2Sept fils et trois filles naquirent de lui. 3#1.3 Cf. Gn 12.16 ; 24.35 ; 26.14. – fils de l’Orient Gn 29.1n ; Jg 6.3 ; 1R 5.10 ; Es 11.14 ; Jr 49.28 ; Ez 25.4.Il avait un troupeau de 7 000 têtes de petit bétail, 3 000 chameaux, 500 paires de bœufs, 500 ânesses, et un très grand nombre de serviteurs. Cet homme était le plus grand de tous les fils de l’Orient.
4 # 1.4 à tour de rôle : litt. à son jour, voir aussi 3.1n. Ses fils se réunissaient chez chacun d’eux, à tour de rôle, pour un banquet, et ils invitaient leurs trois sœurs à manger et à boire avec eux. 5#1.5 consacrer Ex 19.10 ; 1S 16.5. – holocauste : voir sacrifices. – Voir péché. maudit : le texte hébreu traditionnel porte béni, sans doute par euphémisme, pour éviter que l’on parle de maudire Dieu (ce qui est ici le sens probable). De même au v. 11 ; 2.5,9. – Voir cœur. toujours : litt. tous les jours.Quand les jours de banquet étaient révolus, Job les faisait venir pour les consacrer ; il se levait de bon matin et offrait pour chacun d’eux un holocauste ; car Job disait : « Peut-être mes fils ont-ils péché, peut-être ont-ils maudit Dieu dans leur cœur. » Job agissait toujours ainsi.
Première épreuve de Job
6 # 1.6 fils de Dieu 2.1 ; 38.7 ; voir Gn 6.2n. Sur leur assemblée, voir 1R 22.19-22 ; Dn 7.10 ; Hé 12.22 ; Ap 5.11. – l’Adversaire ou l’accusateur, en hébreu le satân ; cf. Gn 26.21n ; Za 3.1ns ; Ps 109.6 ; 1Ch 21.1 ; Ap 12.9,12. Voir démon, diable, Satan. Un jour, les fils de Dieu vinrent se présenter devant le Seigneur, et l’Adversaire aussi vint au milieu d’eux. 7#1.7 parcourir la terre 2.2 ; cf. Za 1.10+.Le Seigneur dit à l’Adversaire : D’où viens-tu ? L’Adversaire répondit au Seigneur : De parcourir la terre, pour m’y promener. 8#1.8 As-tu remarqué : litt. as-tu mis ton cœur sur. – Voir crainte.Le Seigneur dit à l’Adversaire : As-tu remarqué Job, mon serviteur ? Il n’y a personne comme lui sur la terre ; c’est un homme intègre et droit, qui craint Dieu et s’écarte du mal. 9#1.9 pour rien : le terme hébreu correspondant est apparenté au mot habituellement traduit par grâce ; autre traduction gratuitement (cf. 2.3 ; 9.17 ; 22.6 sans raison).L’Adversaire répondit au Seigneur : Est-ce pour rien que Job craint Dieu ? 10#1.10 protégé : litt. entouré d’une haie ; cf. 3.23n. – s’accroît ou, plus litt., éclate, explose ; cf. Gn 28.14n.Ne l’as-tu pas protégé, lui, sa maison et tout ce qui lui appartient ? Tu as béni l’œuvre de ses mains, et son troupeau s’accroît dans le pays. 11#1.11 V. 5n ; 2.5. – à coup sûr ou sans faute, cf. Es 5.9n ; autre traduction tu verras s’il ne te maudit pas.Mais étends ta main, je te prie, et touche à tout ce qui lui appartient : à coup sûr, il te maudira en face. 12#1.12 Cf. 2.5s.Le Seigneur dit à l’Adversaire : Eh bien, tout ce qui lui appartient est en ta main ; seulement, ne porte pas la main sur lui ! Alors l’Adversaire se retira de devant le Seigneur.
13 # 1.13 les fils et les filles de Job : litt. ses fils et ses filles. Un jour que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin chez leur frère, le premier-né, 14il arriva auprès de Job un messager qui dit : Les bœufs labouraient et les ânesses paissaient à côté d’eux ; 15#1.15 des Sabéens... les ont pris : litt. Saba (sur ce royaume d’Arabie, voir Gn 10.7n) est tombé et les a pris. Le terme Sabéens désigne probablement ici des nomades (cf. 6.19), de façon assez vague (de même les Chaldéens au v. 17). Cf. Jg 6.3-6 ; 1S 27.8s. – au fil de l’épée : litt. à bouche d’épée, de même au v. 17.des Sabéens se sont jetés dessus, ils les ont pris et ils ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Je me suis échappé, moi seul, pour te l’annoncer. 16#1.16 Le feu de Dieu : la foudre, cf. Ex 9.23n ; voir aussi Lv 10.2 ; 2R 1.10-14 ; Ps 104.4 ; Lc 9.54.Il parlait encore lorsqu’un autre arriva et dit :
Le feu de Dieu est tombé du ciel,
il a brûlé le petit bétail et les serviteurs et les a dévorés.
Je me suis échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
17 # 1.17 Chaldéens (hébreu Kasdim ) : voir v. 15n ; sur les Chaldéens de Mésopotamie, cf. Gn 10.22 ; 11.28n ; 22.22n. – trois bandes Jg 7.16n ; 1S 11.11 ; 13.17. Il parlait encore lorsqu’un autre arriva et dit :
Des Chaldéens, formés en trois bandes,
se sont précipités sur les chameaux, ils les ont pris
et ils ont passé les serviteurs au fil de l’épée.
Je me suis échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
18Il parlait encore, lorsqu’un autre arriva et dit :
Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin chez leur frère, le premier-né,
19 # 1.19 vent / maison : cf. 27.21 ; Mt 7.27 ; voir aussi Gn 41.6n. – jeunes gens : c’est le même terme qui est traduit par serviteurs aux v. 15-17 ; cf. 24.5n ; 29.5n. – ils sont morts : cf. 8.4. quand un grand vent venu d’au-delà du désert
a frappé les quatre coins de la maison ;
elle s’est écroulée sur les jeunes gens,
et ils sont morts.
Je me suis échappé, moi seul, pour te l’annoncer.
20 # 1.20 Signes de deuil, de tristesse ou de pénitence ; voir aussi 2.12 ; 16.15 ; Lv 10.6+ ; Jos 7.6 ; Ez 27.30s. Alors Job se leva, déchira son manteau et se rasa la tête ; puis il tomba à terre, se prosterna, 21#1.21 Cf. Gn 2.7,25n ; 3.19 ; Ps 49.18 ; Ec 5.14 ; 1Tm 6.7. Cf. Siracide 40.1 : « De grands tracas ont été créés pour tout homme et un joug pesant est sur les fils d’Adam depuis le jour où ils sortent du sein de leur mère jusqu’au jour où ils retournent à la mère universelle. » (Voir aussi Jb 14.1+.) – que le nom du Seigneur (YHWH) soit béni Ps 113.2 ; voir Jc 5.11.et dit :
Nu je suis sorti du ventre de ma mère,
et nu j’y retournerai.
Le Seigneur a donné,
le Seigneur a ôté ;
que le nom du Seigneur soit béni !
22 # 1.22 Cf. 2.10. – Voir péché. choquant : un mot hébreu apparenté évoque la fadeur (6.6 ; cf. 24.12n ; Jr 23.13 ; Lm 2.14). En tout cela, Job ne pécha pas et n’attribua à Dieu rien de choquant.
Loading reference in secondary version...