1
Première vision de la gloire du Seigneur
1 # 1.1 La trentième année : indication chronologique (cf. v. 2) d’interprétation incertaine ; s’agit-il de l’âge du prophète (cf. Lc 3.23) ? de la trentième année à compter de la réforme du culte par Josias (≈ 622 av. J.-C. ; cf. 2R 22–23) ? – Kebar : litt. fleuve Kebar ; sans doute le « grand canal », une dérivation de l’Euphrate ; la communauté des exilés à laquelle appartient Ezéchiel est sans doute installée dans la région de Nippour, au sud-est de Babylone ; comparer 3.15 avec Es 6.1-4 ; voir aussi Ps 137.1n. – le ciel s’ouvrit : cf. Gn 7.11 ; Es 24.18 ; Ml 3.10 ; Mt 3.16}} ; Jn 1.51+ ; Ac 7.56 ; 10.11 ; Ap 4.1 ; 19.11. – visions (un terme apparenté sera traduit par aspect dans les chap. 1–2 ; 10) divines ou visions de Dieu : cf. 8.3 ; 11.24 ; 40.2 ; Jr 1.11-15. La trentième année, le cinquième jour du quatrième mois, comme j’étais parmi les exilés près du Kebar, le ciel s’ouvrit, et j’eus des visions divines. 2#1.2 cinquième année... Joïakîn ≈ 593 av. J.-C., cf. 2R 24.10-15.Le cinquième jour du mois – c’était la cinquième année de l’exil du roi Joïakîn – 3#1.3 parvint à : litt. fut (ici à une forme intensive) vers ; cf. 3.16 ; 6.1 ; 7.1 ; 12.1 ; 1S 15.10 ; 1R 17.2,8 ; Jr 1.1-2n ; Os 1.1 ; Jl 1.1 ; Mi 1.1 ; So 1.1 ; voir aussi Jb 4.12ss. – Ezéchiel : « Dieu fortifie » ou « Dieu rend dur » ; cf. 3.8n,14n ; 1Ch 24.16. – prêtre : cf. Jr 1.1. – Kebar v. 1n. – la main du Seigneur fut sur lui : cf. 3.14,22 ; 8.1 ; 33.22 ; 37.1 ; 40.1 ; voir aussi 6.14 ; 11.5 ; 13.9 ; 14.9 ; 20.33 ; 25.13,16 ; 1R 18.46 ; 2R 3.15.la parole du Seigneur parvint à Ezéchiel, fils de Bouzi, le prêtre, au pays des Chaldéens, près du Kebar ; c’est là que la main du Seigneur fut sur lui.
4 # 1.4 Cf. Es 6.1-7 ; Ap 4. – un souffle ou un vent, selon la traduction usuelle (13.11,13) ; voir cependant v. 12n ; voir aussi Ps 18.11 ; 50.3. – nuée Ex 13.21+. – gerbe de feu : traduction incertaine ; la même expression hébraïque désigne le feu mêlé à la grêle (c.-à-d. les éclairs ) en Ex 9.24 ; cf. Ps 97.3. – un éclat : le mot hébreu peut signifier aussi œil ou source ; il pourrait avoir ici le sens d’ apparence ; de même aux v. 7,16,22,27 ; 8.2 ; 10.9 ; cf. Pr 23.31 ; Dn 10.6n. – étincelant : traduction incertaine ; LXX d’ambre ; Vg d’électrum (par transcription du grec) ; on a aussi proposé vermeil. Je regardai : il vint du nord un souffle de tempête, une grosse nuée et une gerbe de feu, qui répandait une clarté tout autour. Il y avait comme un éclat étincelant sortant du milieu d’elle, du milieu du feu. 5#1.5 Cf. 10.12-15,20 ; Es 6.2 ; Ap 4.5-8. – quelque chose qui ressemblait à : litt. la ressemblance de, de même à la fin du v. pour semblait humain, litt. ressemblance d’un homme, et dans la suite ; cf. Gn 1.26n. – êtres vivants : le mot hébreu correspondant est habituellement traduit par animaux ; il est dérivé du verbe souvent rendu par vivre ; cf. Ap 4.6n. – aspect : terme apparenté à celui qui a été traduit par vision au v. 1n.Au milieu, quelque chose qui ressemblait à quatre êtres vivants dont l’aspect semblait humain.
6 # 1.6 10.14. La description rappelle les statues qui gardaient l’entrée des temples et des palais babyloniens. Chacun d’eux avait quatre faces et quatre ailes. 7#1.7 C’est la même expression qui est rendue par pieds et sabots.Leurs jambes étaient droites, et leurs pieds étaient comme les sabots d’un taurillon ; ils étincelaient de l’éclat du bronze poli. 8#1.8 10.8,21.Ils avaient des mains humaines sous les ailes à leurs quatre côtés ; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes. 9#1.9 quand ils se déplaçaient : litt. en allant (même verbe à la fin du v.), de même dans la suite.Leurs ailes étaient jointes l’une à l’autre ; ils ne tournaient pas quand ils se déplaçaient : chacun allait droit devant lui. 10#1.10 Ap 4.7. – Leur face ressemblait... : litt. la ressemblance de leur(s) face(s) (était) une face d’homme... ; cf. v. 5n.Leur face ressemblait à celle d’un homme ; tous les quatre avaient une face de lion à droite, tous les quatre une face de taureau à gauche et tous les quatre une face d’aigle. 11#1.11 Leurs faces : de nombreux traducteurs suppriment le terme hébreu correspondant, qu’ils estiment répété par erreur de copie, ou le rattachent au v. 10 : (telles étaient) leurs faces. – séparées par le haut ou déployées vers le haut ; cf. 1R 6.24-27.Leurs faces et leurs ailes étaient séparées par le haut ; chacun avait deux ailes jointes l’une à l’autre, et deux qui lui couvraient le corps. 12#1.12 le souffle ou le vent, l’esprit, l’Esprit ; cf. v. 4,20s ; 2.2n.Chacun allait droit devant lui ; ils allaient où allait le souffle ; ils ne tournaient pas quand ils se déplaçaient. 13#1.13 L’aspect... : litt. la ressemblance (v. 5n) des êtres vivants, leur aspect (v. 1n) , comme des braises de feu ; LXX au milieu des êtres vivants, un aspect comme des braises de feu. – Cf. Ex 19.16-18 ; Ps 97.4.L’aspect de ces êtres vivants ressemblait à des braises ; c’était comme l’aspect des flambeaux, et ce feu circulait entre les êtres vivants ; le feu répandait une clarté, et du feu sortaient des éclairs. 14#1.14 Texte obscur, omis par LXX. – comme la foudre : litt. comme l’aspect (v. 1n) de la foudre ( ?) ; le terme ressemble à celui qui a été traduit par éclairs au v. 13 ; cf. Dn 10.6.Les êtres vivants couraient et revenaient, comme la foudre.
15 # 1.15 Cf. 10.9-13. Je regardais ces êtres vivants : il y avait une roue à terre, à côté des êtres vivants, devant leurs quatre faces. 16#1.16 éclat v. 4n. – chrysolithe : le même mot hébreu est traduit par le nom Tarsis (Es 2.16n), peut-être elliptiquement pour pierre de Tarsis (voir 10.9n) ; cf. 28.13 ; Ex 28.20 ; 39.13 ; Ct 5.14 ; Dn 10.6. – toutes les quatre se ressemblaient : litt. une seule ressemblance pour elles quatre ; cf. v. 5n.L’aspect de ces roues, leur structure, avait l’éclat de la chrysolithe, et toutes les quatre se ressemblaient ; leur aspect et leur structure étaient tels que chaque roue paraissait être au milieu d’une autre roue. 17#1.17 viraient : le même verbe a été traduit par tourner aux v. 9,12 ; de même 10.11,16.Elles allaient sur chacun de leurs quatre côtés quand elles se déplaçaient ; elles ne viraient pas quand elles se déplaçaient. 18#1.18 yeux : certains comprennent ici le mot hébreu au sens d’ étincelles ou éclairs ; cf. v. 4n ; voir cependant Ap 4.6,8.Leurs jantes, d’une dimension formidable, leurs jantes à toutes les quatre étaient remplies d’yeux tout autour. 19#1.19 Cf. 10.16.Quand les êtres vivants se déplaçaient, les roues allaient à côté d’eux ; quand les êtres vivants s’élevaient de terre, les roues s’élevaient aussi. 20#1.20 dans le sens du souffle : litt. vers là où (était) le souffle (ou le vent, cf. v. 12n) ; cette répétition est absente de certaines versions anciennes. – du vivant ou de l’être vivant (1.5n) ; le terme est ici au singulier ; certains comprennent de chaque être vivant.Ils allaient où allait le souffle, dans le sens du souffle, et les roues s’élevaient avec eux : le souffle du vivant était dans les roues. 21Quand ils se déplaçaient, elles se déplaçaient ; quand ils s’arrêtaient, elles s’arrêtaient ; quand ils s’élevaient de terre, les roues s’élevaient avec eux, car le souffle du vivant était dans les roues.
22 # 1.22 de la tête des êtres vivants : litt. des têtes du vivant (ou de l’animal) ; LXX et Syr ont lu le singulier de la tête (v. 25s ; 10.1). Certains mss hébreux et des versions anciennes ont lu le pluriel des (êtres) vivants . – une voûte céleste ou une étendue, un firmament ; cf. Gn 1.6n. – glace Jb 37.10+ ; on traduit parfois cristal, d’après des versions anciennes ; cf. Ex 24.10 ; Ap 4.2s. Au-dessus de la tête des êtres vivants, il y avait quelque chose qui ressemblait à une voûte céleste, qui avait l’éclat redoutable de la glace et qui se déployait au-dessus de leurs têtes. 23Sous cette voûte, leurs ailes étaient droites l’une contre l’autre, ils en avaient chacun deux qui les couvraient, chacun deux qui couvraient leur corps. 24#1.24 bruit et voix traduisent un même mot hébreu ; de même dans la suite. – grandes eaux : cf. 31.7,15 ; 43.2 ; Es 28.2 ; Ap 1.15. – du Puissant, hébreu Shaddaï ; cf. 10.5n ; voir Gn 17.1n ; Ps 29.J’entendis le bruit de leurs ailes, quand ils se déplaçaient, pareil au bruit de grandes eaux, ou à la voix du Puissant ; c’était un bruit tumultueux, comme celui d’une troupe ; quand ils s’arrêtaient, ils laissaient retomber leurs ailes. 25#1.25 Ce v. est totalement ou partiellement absent de plusieurs mss hébreux et des versions anciennes. Autre traduction il y avait du bruit (cf. v. 24n) au-dessus de la voûte...Une voix venait d’au-dessus de la voûte qui se trouvait au-dessus de leurs têtes ; lorsqu’ils s’arrêtaient, ils laissaient retomber leurs ailes.
26 # 1.26 Tout au-dessus... têtes : cette partie du v. est absente de LXX. – lapis-lazuli : cf. Ex 24.10n. – ce qui ressemblait (v. 5n) à un trône : cf. Es 6.1 ; Dn 7.9. – un être humain ou un homme ; cf. 2.1n ; Dn 7.13+. Tout au-dessus de la voûte qui était au-dessus de leurs têtes, il y avait quelque chose qui avait l’aspect du lapis-lazuli et qui ressemblait à un trône ; et, au-dessus de ce qui ressemblait à un trône, ce qui ressemblait à l’aspect d’un être humain. 27#1.27 éclat étincelant v. 4n. – qui avait l’aspect du feu, une clarté tout autour de lui : texte obscur, omis par LXX.Je vis encore comme un éclat étincelant qui avait l’aspect du feu et qui rayonnait tout autour, depuis ce qui paraissait être ses reins jusqu’en haut, et depuis ce qui paraissait être ses reins jusqu’en bas ; je vis quelque chose qui avait l’aspect du feu, une clarté tout autour de lui. 28#1.28 l’aspect de la ressemblance... v. 5n. – la gloire : cf. 28.22 ; 43.1-5 ; Ex 16.7+ ; 40.34 ; Es 6.3. – face contre terre : litt. sur ma face ; cf. 3.23 ; 9.8 ; 11.13 ; 43.3 ; 44.4 ; voir aussi Dn 10.9 ; Ap 1.17.Tel l’aspect de l’arc qui apparaît dans les nuages un jour de pluie, tel était l’aspect de la clarté qui l’entourait : c’était l’aspect de la ressemblance de la gloire du Seigneur. Quand je le vis, je tombai face contre terre et j’entendis quelqu’un qui parlait.
Loading reference in secondary version...