1
SERVITUDE ET LIBÉRATION D’ISRAËL
Les Israélites esclaves en Egypte
1 # 1.1 Voici les noms : l’expression hébraïque correspondante constitue le titre traditionnel du livre dans la Bible juive ; cf. Ez 48.1. – des fils d’Israël... : dans la suite du récit (v. 7,9 etc.) la même expression sera traduite par Israélites, cf. Gn 32.29n ; 46.1-26. – toute sa maison : litt. sa maison, c.-à-d. sa famille. Voici les noms des fils d’Israël qui étaient venus en Egypte avec Jacob ; chacun était venu avec toute sa maison : 2Ruben, Siméon, Lévi, Juda, 3Issacar, Zabulon, Benjamin, 4Dan, Nephtali, Gad et Aser. 5#1.5 Ceux qui étaient issus de Jacob : litt. tout être (cf. Gn 1.20n) sorti de la cuisse (cf. Gn 24.2n) de Jacob. – soixante-dix : LXX soixante-quinze ; cf. Gn 46.27n ; Ac 7.14.Ceux qui étaient issus de Jacob étaient soixante-dix en tout. Joseph était alors en Egypte.
6 # 1.6 Gn 50.22-26 ; cf. Ac 7.15. Joseph mourut, ainsi que tous ses frères et toute cette génération-là. 7#1.7 Gn 12.2+ ; Dt 26.5 ; Ps 105.24s ; Ac 7.17. – Israélites v. 1n. – proliférèrent : le verbe correspondant est traduit par grouiller en 7.28 ; Gn 1.20n ; 7.21 ; cf. Gn 9.7n.Les Israélites furent féconds ; ils proliférèrent, se multiplièrent et devinrent de plus en plus forts. Et le pays en fut rempli.
8 # 1.8 Ac 7.18. Un nouveau roi, qui n’avait pas connu Joseph, vint à régner sur l’Egypte. 9Il dit à son peuple : Le peuple des Israélites est plus nombreux et plus fort que nous. 10#1.10 donc : cf. Gn 11.3n. – sagesse ou habileté ; cf. Pr 1.2n. – nos ennemis : litt. ceux qui nous détestent. – monter : de la plaine d’Egypte vers la région montagneuse de Canaan ; cf. Gn 12.10n ; 46.4+ ; voir aussi Ac 7.19.Agissons donc avec sagesse à son égard, de peur qu’il ne se multiplie : s’il survenait une guerre, il se joindrait à nos ennemis pour nous faire la guerre et monter ensuite du pays. 11#1.11 on lui assigna : c.-à-d. on assigna au peuple. – l’affliger (autre traduction l’humilier) ... : cf. 3.7,17 ; 4.31 ; Gn 15.13 ; voir Dt 8.2n. – corvées : cf. 2.11 ; 5.4ss ; 6.6s ; 1R 11.28n. – villes-entrepôts : le même terme hébreu se retrouve en 1R 9.19. – Pitom / Ramsès (Gn 47.11) : on situe généralement ces deux villes à la limite entre l’Egypte et le désert du Sinaï, non loin de l’actuel canal de Suez. Pitom vient probablement d’un terme égyptien signifiant temple d’Atoum. La ville avec laquelle Pitom est souvent identifiée a été construite au VIIe s. av. J.-C., près d’un temple beaucoup plus ancien. Ramsès est habituellement identifiée à la capitale de Ramsès II (≈ 1290-1224 av. J.-C.), proche de Tanis ; cf. 12.37 ; Nb 33.3,5. LXX mentionne en outre On, qui est la ville du Soleil (en grec Héliou polis) (cf. Gn 41.45n).Alors on lui assigna des chefs de travaux forcés afin de l’affliger par des corvées. C’est ainsi qu’il bâtit pour le pharaon des villes-entrepôts : Pitom et Ramsès. 12#1.12 s’accroissait ou, plus litt., éclatait, explosait (cf. Gn 28.14n ; 30.30n). – en horreur Nb 22.3n.Mais plus on l’affligeait, plus il se multipliait et s’accroissait ; on prit les Israélites en horreur. 13#1.13 les Egyptiens : autre traduction l’Egypte.Alors les Egyptiens soumirent les Israélites à un rude esclavage. 14#1.14 un dur esclavage : cf. 6.9 ; esclavage et travail traduisent ici un même mot hébreu. Voir aussi Dt 26.6 ; 1R 12.4 ; Es 14.3.Ils leur rendirent la vie amère par un dur esclavage : travail de l’argile et des briques, et toutes sortes de travaux des champs, tels étaient les travaux du rude esclavage qu’on leur imposait.
Le pharaon persécute les Israélites
15 # 1.15 des Hébreux : le texte emploie ici le féminin du terme habituellement traduit par hébreu ; il faudrait dire des sages-femmes hébreu(es ?), mais l’adjectif correspondant n’est pas usité au féminin en français ; même problème dans la suite où nous traduisons femmes des Hébreux. Le roi d’Egypte parla aussi aux sages-femmes des Hébreux – l’une se nommait Shiphra et l’autre Poua. 16#1.16 les sièges : litt. les deux pierres. Le terme correspondant, rare (cf. Jr 18.3n), désignait peut-être une sorte de siège d’accouchement ; d’autres y voient un euphémisme et comprennent : Lorsque vous accouchez..., regardez bien le sexe. LXX quand elles seront sur le point d’accoucher...Il leur dit : Quand vous accoucherez les femmes des Hébreux et que vous les verrez sur les sièges, si c’est un garçon, faites-le mourir ; si c’est une fille, qu’elle vive. 17#1.17 craignirent : voir crainte. – laissèrent vivre : litt. firent vivre, de même aux v. suivants.Mais les sages-femmes craignirent Dieu ; elles ne firent pas ce que leur avait dit le roi d’Egypte ; elles laissèrent vivre les enfants. 18Le roi d’Egypte appela les sages-femmes et leur dit : Pourquoi avez-vous agi ainsi ? Pourquoi avez-vous laissé vivre les enfants ? 19#1.19 elles sont pleines de vie : certains modifient légèrement le texte hébreu traditionnel pour lire ce sont des bêtes.Les sages-femmes répondirent au pharaon : C’est que les femmes des Hébreux ne sont pas comme les Egyptiennes ; comme elles sont pleines de vie, elles accouchent avant l’arrivée de la sage-femme. 20Dieu fit du bien aux sages-femmes ; le peuple se multiplia et devint très fort. 21#1.21 il leur donna une famille : litt. il (c.-à-d. Dieu) leur fit des maisons ou des maisonnées (logiquement, aux sages-femmes ; mais dans le texte le pronom est au masculin, de sorte qu’on comprendrait plutôt : aux Israélites) ; LXX elles se firent des maisons.Parce que les sages-femmes avaient craint Dieu, il leur donna une famille.
22 # 1.22 qui naîtront : Smr, LXX et Tg ajoutent aux Juifs. Alors le pharaon donna cet ordre à tout son peuple : Tous les garçons qui naîtront, vous les jetterez dans le Nil ; toutes les filles, vous les laisserez vivre.
Loading reference in secondary version...