Parallel
74
Appel à Dieu devant les ruines du temple
1Poème chanté appartenant au recueil d’Assaf#74.1 Poème chanté : voir 32.1 et la note. – Assaf : voir 50.1 et la note..
O Dieu, pourquoi nous as-tu définitivement rejetés ?
Pourquoi restes-tu furieux contre nous,
le troupeau dont tu es le berger ?
2Souviens-toi de ton peuple : il y a longtemps que tu l’as acquis.
Souviens-toi de ces tribus qui t’appartiennent
et que tu as prises en charge.
Souviens-toi du mont Sion, où tu as fait ta demeure.
3Monte jusqu’à ces ruines déjà anciennes :
l’ennemi a tout saccagé dans le lieu saint.
4Tes adversaires ont poussé leurs hurlements
à l’endroit même de ta présence.
Ils y ont placé leurs bannières.
5Ils s’y sont montrés comme des bûcherons
qui brandissent leurs haches dans une forêt.
6A coups de cognée et de pioche, tous ensemble,
ils ont fracassé les sculptures#74.6 Le texte hébreu des v. 5-6 est par endroits peu clair et la traduction incertaine..
7Ils ont mis le feu à ton sanctuaire,
jeté à terre et souillé ta propre demeure.
8Ils se disaient à notre sujet :
« Nous allons les mater tous ensemble. »
Ils ont incendié dans le pays
tous les lieux de rendez-vous avec Dieu.
9On ne voit plus les signes de ta présence, il n’y a plus de prophètes,
et personne parmi nous ne sait jusqu’à quand tout cela durera.
10Oui, combien de temps encore, ô Dieu,
l’adversaire te provoquera-t-il,
l’ennemi se moquera-t-il de toi sans cesse ?
11Pourquoi te retiens-tu d’intervenir
et restes-tu les bras croisés#74.11 rester les bras croisés ou garder la main droite dans la poche de son vêtement. ?
12O Dieu, mon Roi depuis toujours,
tu es l’auteur de bien des délivrances sur la terre.
13Tu as eu la force de fendre la mer,
de briser les têtes du grand dragon marin,
14de fracasser le crâne de ce monstre,
et tu l’as fait dévorer par les requins#74.14 ce monstre ou Léviatan : voir És 27.1 et la note. – par les requins (ou par les tortues de mer ) : en découpant les mots autrement le texte hébreu traditionnel propose par les habitants du désert..
15Tu ouvres un passage aux sources et aux ruisseaux,
tu dessèches des fleuves intarissables.
16Le jour t’appartient, la nuit aussi,
toi qui as créé la lune et le soleil.
17Tu as fixé toutes les limites de la terre,
c’est toi qui as fait l’été et l’hiver.
18Rappelle-toi ceci, Seigneur : l’ennemi te provoque,
ce peuple stupide se moque de toi.
19Ne livre pas aux bêtes sauvages la vie du peuple qui t’est si cher#74.19 aux bêtes sauvages : texte interprété d’après plusieurs versions anciennes ; hébreu la bête de … du peuple qui t’est si cher ou de ta tourterelle : autres interprétations de ton peuple innocent ou de ton peuple sans défense.,
n’oublie pas pour toujours l’existence de ces pauvres qui sont à toi.
20Considère tes engagements,
alors que les victimes de la violence
ont rempli les cachettes du pays#74.20 Le texte hébreu du v. 20 est peu clair et le sens incertain. – tes engagements : autre traduction l’alliance..
21Ne laisse pas les opprimés repartir humiliés.
Mais que les pauvres et les malheureux se mettent à t’acclamer.
22Interviens, ô Dieu, défends ta cause.
Souviens-toi des insultes
que ces gens stupides t’adressent tous les jours.
23N’oublie pas les cris de tes ennemis,
les hurlements que tes adversaires font sans cesse monter vers toi.