Parallel
23
Réplique de Job : Dieu me refuse le dialogue
1Job répondit alors :
2J’ai beau vouloir étouffer mes gémissements,
encore maintenant, ma plainte est la plus forte.
3Ah, comme j’aimerais savoir où trouver Dieu !
Je me rendrais alors jusqu’à sa résidence
4et je pourrais ainsi lui exposer ma cause.
Je lui présenterais mes nombreux arguments.
5Je connaîtrais quelle réponse il me ferait,
je comprendrais enfin ce qu’il tient à me dire.
6Lui faudrait-il un grand effort pour m’affronter#23.6 D’autres comprennent Usera-t-il de sa force pour m’affronter ? ?
Mais non : il suffirait qu’il me prête attention.
7Il pourrait s’expliquer avec un homme honnête,
et moi, j’échapperais pour toujours à mon juge.
*
8Mais si je vais à l’est, il ne s’y trouve pas.
Je me rends à l’ouest, et ne l’aperçois pas.
9A-t-il à faire au nord ? Non, je ne l’y vois pas.
Se cache-t-il au sud ? Je ne remarque rien.
10Pourtant il connaît bien le chemin que je suis :
il m’a mis à l’épreuve,
mais j’en sortirai pur, comme l’or du creuset.
11Je me suis fermement attaché à ses pas,
j’ai suivi son chemin et n’en ai pas dévié.
12Je n’ai pas refusé ce qu’il me commandait,
j’ai gardé dans mon cœur tout ce qu’il m’ordonnait#23.12 dans mon cœur : d’après l’ancienne version grecque ; le sens de l’hébreu est incertain : plus que ma part ( ?)..
*
13Mais il n’a qu’une idée. Qui l’en fera changer ?
Ce qu’il a désiré, il l’a réalisé.
14Il accomplit pour moi ce qu’il a décidé,
comme tant d’autres plans qu’il a mis en réserve.
15Voilà pourquoi je suis terrifié devant Dieu.
Oui, plus je réfléchis et plus j’ai peur de lui.
16Car c’est bien Dieu qui affaiblit tout mon courage,
c’est lui, le Dieu très-grand, qui vient me terrifier.
17Pourtant malgré la nuit, je ne me suis pas tu ;
malgré l’obscurité qu’il fait tomber sur moi#23.17 Le sens du v. 17 est discuté. Certains comprennent Ce n’est pas la sombre nuit où me voilà plongé qui me réduit au silence (c’est Dieu). D’autres Je n’ai pas été anéanti avant que vienne la nuit, mais il (Dieu) ne m’a pas épargné l’obscurité. !