Esaïe 15
NBS
15
Contre Moab
1 # 15.1 Sentence 13.1n. – Moab : le royaume situé sur le plateau fertile, à l’est de la mer Morte. D’après la répartition géographique des villes citées dans ce chapitre qui ont pu être identifiées, ce chant funèbre semble décrire une invasion venue de l’est, qui aurait dispersé la population à la fois vers le nord et vers le sud ; cf. 25.10s ; Nb 21.27-30 ; Jr 48 ; Ez 25.8-11 ; Am 2.1-3 ; So 2.8-11. – Ar-Moab (Nb 21.15,28), à environ 15 km au nord-est de Qir-Moab, la capitale politique (cf. ses autres noms en 16.7,11 ; Jr 48.31), les deux villes principales au sud de l’Arnon. – est réduite au silence : autres traductions est perdue ; a péri ; cf. 6.5n. Sentence sur Moab.
En une nuit elle a été ravagée !
Ar-Moab est réduite au silence.
En une nuit elle a été ravagée !
Qir-Moab est réduite au silence.
2 # 15.2 On monte ou il monte. Bayith, c.-à-d. la maison ou le temple (cf. 6.1n ; il s’agit probablement ici du temple de Kemosh, le dieu national). Des versions anciennes ont lu la fille de Dibôn, comme en Jr 48.18, ce qui supposerait une variante d’une lettre dans le texte hébreu. – Dibôn : capitale religieuse, à 5 km au nord de l’Arnon (Nb 21.30). – aux hauts lieux ou sur les hauteurs 16.12 ; cf. Nb 21.19n. – Nebo : à une trentaine de kilomètres au nord de Dibôn (cf. Nb 32.3,38 ; Dt 34.1 ; Jr 48.1n,22 ; 1Ch 5.8). – Medba : actuellement Madaba, près du mont Nebo (Nb 21.30 ; Jos 13.9,16ss). – têtes rasées... : cf. 7.20n. On monte à Bayith et à Dibôn,
aux hauts lieux, pour pleurer ;
Moab hurle sur Nebo et sur Medba :
toutes les têtes sont rasées,
toutes les barbes sont coupées.
3 # 15.3 on a mis... : litt. ils ont ceint le sac, geste de tristesse ou de deuil, cf. 3.24 ; voir aussi 22.12 ; Jon 3.6,8. – en terrasse : sous-entendu dans le texte, cf. Dt 22.8n. – fond... : litt. descend dans les larmes ; cf. Jr 9.17 ; Lm 1.16 ; 3.48. Dans ses rues, on a mis un sac pour pagne ;
sur ses toits en terrasse et sur ses places,
chacun hurle et fond en larmes.
4 # 15.4 Heshbôn : à 6 km au nord-nord-est de Nebo (Nb 21.25 ; Ct 7.5). – Eléalé : à 3 km au nord-nord-est de Heshbôn (Nb 32.3,37). – Yahats : bien plus au sud, à 4 km au nord-est de Dibôn, peut-être à la frontière (Nb 21.23). – poussent des cris : autre traduction lancent des acclamations (guerrières) ; certains modifient le texte hébreu traditionnel pour lire tremblent. Moab vacille : litt. son âme (cf. Gn 1.20n) tremble pour lui ; autre traduction leur âme est sans courage. Heshbôn et Eléalé crient,
on les entend jusqu’à Yahats ;
c’est pourquoi les hommes armés de Moab poussent des cris,
Moab vacille.
5 # 15.5 Mon cœur : LXX le cœur de Moab. Tsoar Gn 13.10 ; 14.2 ; 19.30. – Eglath-Shelishiya signifie génisse de trois ans ou troisième génisse (cf. Jr 48.34). On peut y voir un simple qualificatif de Tsoar, mais aussi une allusion au culte du veau ou taurillon (cf. 1R 12.28s ; Os 8.6). – ils montent... : cf. Jr 48.5n. – Louhith et Horonaïm ne sont pas identifiées avec certitude ; elles étaient sans doute situées sur une route de montagne, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Qir-Moab. – sur le chemin... : autre traduction un cri déchirant réveille le chemin de Horonaïm. cris de désastre ou cris de destruction. Mon cœur crie sur Moab :
il y a des fugitifs jusqu’à Tsoar
– Eglath-Shelishiya.
Car ils montent, en pleurant, la montée de Louhith,
sur le chemin de Horonaïm ils font retentir des cris de désastre ;
6 # 15.6 Nimrim : oasis au sud-est de la mer Morte ; cf. Jr 48.34. – taries... : cf. 2R 3.25. car les eaux de Nimrim sont taries,
car l’herbe est desséchée,
le gazon est détruit,
la verdure n’est plus.
7 # 15.7 ils ramassent ce qui leur reste : litt. il fait un reste. emportent... : traduction incertaine ; autre possibilité : on leur enlève leur garde (c.-à-d. le contrôle du territoire) sur l’oued des Saules (cf. Lv 23.40n ; Jb 40.22). Ce cours d’eau n’est pas identifié avec certitude. Certains pensent à un affluent du Jourdain, tout au nord de Moab, d’autres l’identifient avec le Zéred (cf. Dt 2.13n). C’est pourquoi ils ramassent ce qui leur reste
et emportent leurs réserves au-delà de l’oued des Saules.
8 # 15.8 le territoire... : autre traduction les frontières de Moab sont entourées de cris. Eglaïm : à l’extrémité nord de la mer Morte, selon Ez 47.10. – Béer-Elim : à la frontière nord-est de Moab (cf. Nb 21.16). Car le territoire de Moab est recouvert de cris ;
ses hurlements retentissent jusqu’à Eglaïm,
ses hurlements retentissent jusqu’à Béer-Elim.
9 # 15.9 Dimôn (assonance avec dam, sang ). Un ms de Qumrân ainsi que Vg portent Dibôn, comme au v. 2 ; cf. Jr 48.2n. – de nouveaux malheurs : litt. des suppléments. lion : cf. 2R 17.25 ; Am 1.2 ; 3.8. – la terre : litt. le sol ; cf. Gn 2.5n. Les eaux de Dimôn sont pleines de sang ;
j’enverrai sur Dimôn de nouveaux malheurs,
un lion contre les rescapés de Moab,
contre ce qui reste sur la terre.

Copyright © 2002, Société biblique française. Avec autorisation. Tous droits réservés.

Learn More About Nouvelle Bible Segond